La Revue des Ressources
Accueil > Masse critique > Cahier de musique > Mort de Jacno / Non-mort de Jacno

Mort de Jacno / Non-mort de Jacno 

dimanche 7 novembre 2010, par Aliette G. Certhoux (Date de rédaction antérieure : 8 novembre 2009).

5-6 novembre 2010. Il y a un an...  [1].

L’hommage « Mort de Jacno / Non mort de Jacno »
est dédié à sa fille, née d’Elli Medeiros, la chanteuse compositrice Calypso Gallois.

JACNO (3 juillet 1957, 5-6 novembre 2009).

Moins de deux semaines après sa disparition, l’hommage de la Presse à l’artiste et la communication commerciale de ses productions dans tous les sites de vente en ligne, dont la page d’accueil de amazon.fr lui étant exclusivement consacrée le dimanche 15 novembre, ont attesté de sa popularité incontournable. Au-delà du boycott radiophonique et télévisuel de son dernier album "Tant de temps", à cause de la chanson à l’envers des media "Le sport c’est d’la merde", c’est le dialogue direct des internautes avec cette rengaine criminalisée par les lobbies qui a apporté à Jacno son dernier succès critique depuis 2006. Grâce au clip rigoureusement iconoclaste comme la musique et son texte boycotté par les chaines musicales, envoyé sur YouTube ce fut une traînée de poudre : lors de la grande manifestation nationale contre les licenciements et la politique anti-économique et anti-sociale du gouvernement, qui convoqua en France plus de deux millions de personnes, le 15 mars 2009, on put voir à Paris des pancartes au cadre noir et aux mots d’ordre ironiques plagiant les cartons du clip. Mais ce n’est pas tout, maintenant nous allons entendre l’album entier d’où la part maudite du sport a surgi avec le don du tube (d’autant plus subtil que Jacno y pariait notoirement une métaphore de ses addictions respectives, sa monnaie vivante), "Tant de temps", qu’il considérait musicalement comme l’un de ses meilleurs albums, sinon le meilleur. Et pour le déchiffrer nous allons retourner vers ses actes Solo après "Rectangle". Le paradoxe du simple (écrire sa musique avec des samples mais leurs combinatoires ne sont pas des remix, c’est la composition), c’est d’ouvrir les multiples chemins de l’abstraction mathématique secrète de la musique, par lesquels il n’y a pas de petite musique. La variété des répétitions n’est pas la reproduction de soi. C’est dire si le titre de son dernier album supposait autant que son passé le temps futur qu’il nous resterait à lui consacrer... Jacno, c’est l’écoute et le timbre, l’oreille des musiques modernes et contemporaines d’environnement et des musiques actuelles populaires, à l’épreuve de la critique sociale, c’est la différence entre les oeuvres personnelles et les contributions pour d’autres selon leurs propres sensibilités. C’est le style de la ponctuation acoustique quand elle fait vibrer l’électronique, quand laissant entrer le désir dans la machine obtuse elle déchire une petite faille, une âme instrumentale, pour libérer le supplément d’âme. Un compositeur radical en poète transgenre du son et des musiques divertissantes. Des avant-gardes dans le ruisseau à la ritournelle comme performance de renversement du réel, et sa découverte posthume.

Longue vie à JACNO...

JACNO_vampire_2006
(sous réserve d’un copyright ou des ayant droits)

[ L’éditorial Mort de Jacno rédigé le 7 novembre publié le 8, est devenu Non-mort de Jacno le 15 novembre ] Help in English with an approximate Translation from Google

album_French_Paradox

La nuit du jeudi 5 au vendredi 6 novembre 2009 dans un service hospitalier à Paris, Jacno, compositeur, producteur, arrangeur, acteur, auteur, et chanteur et interprète français, que les premiers Rock’n Roll du groupe Stinky Toys, fondé avec des copains de lycée et Elli Medeiros, avaient fait connaître parmi le mouvement Punk au-delà de l’hexagone... notre ami Denis — parce que nous avons vécu dans sa proximité au même domicile avec Elli, au début des années 80 — est mort à 52 ans, d’on ne sait quel cancer, peut-être à l’encontre des apparences de son pseudonyme aux Gauloises bleues, et de l’amour à deux comme "la vodka et l’orange". Sans compter les paradis plus explosifs de l’exploration intérieure, finalement désertés.

100 Clubs Festival, Londres, 20 Sept-76

Stinky Toys, No no (album dit le gris, 1979 / 1990)


http://www.youtube.com/user/BizarreNotDead

Mais de toutes façons, lui aussi d’un cancer.

Avec les déménagements et les changements de mode de vie respectifs il était devenu lointain, mais resté parmi nous aimé et nous nous revoyions, quoique rarement, toujours avec un bonheur réciproque, toujours nous émerveillant de nouveau (la dernière fois après le concert d’Elli Medeiros au Nouveau Casino, à Paris, en 2006).

Je pense à tous mes amis proches ou lointains morts depuis 2008, morts de cette maladie, au terme d’un combat finissant souvent en calvaire quelque fut leur âge, souffrance ou soins palliatifs. Tous sauf un... Guy Peellaert, Jacqueline Cahen Sergent, Jean-Hugues Dobois, Jacno... Jean-Pierre Lentin, quant à lui foudroyé par une crise cardiaque ou une hémorragie cérébrale, je ne me souviens même plus, mais je sais qu’il nous a quittés brutalement et qu’une fois encore je me suis retrouvée sous la coupole du père Lachaise, me disant que le protocole de l’enlèvement du cercueil s’était drôlement simplifié, dans le sens de l’usage plutôt que du symbole, sauf les hommages exprimés par les amis de création et les familles... La première fois j’avais été submergée par une musique lancinante et ondoyante de Tom Johnson, soulevant la crémation de Georges Jeanclos (qui en avait formulé le voeu) au point que nous crûmes la voir.

Je n’ose même pas évoquer les noms de tous ceux qui ont disparu les années précédentes ni les enterrements, parmi lesquels celui de mon propre frère, que j’ai manqué.

Chacun de nous peut avoir ressenti cela, dans une société devenue elle-même désespérée, à quel point ces disparitions ne relèvent plus de nos perceptions des cycles, mais de la violence de la nouvelle indifférence règlementaire, systématique, contre la vitalité individuelle et sociale.

Jacno ne sera enterré ni incinéré à Paris, mais dans une propriété familiale, en province, j’ignore précisément où et quand.

Aliette G. Certhoux

Jacno, Pas d’histoire, (album French Paradox, 2002)

My no story today
Dedicated video by Yannick Dangin Leconte (10 Nov. 2009)
from the series My http://www.youtube.com/ydlorphans


NOTES

" Jacno (born 3 July 1957, Paris - died 6 November 2009) was a French musician. Born as Denis Quilliard, he was a founding member of the first French punk band The Stinky Toys. In the early 1980s, after the group disbanded, he teamed up with former Stinky Toys singer Elli Medeiros to form the pop duo Elli et Jacno. Jacno had also released a number of solo albums since 1979. A chain smoker, he took his professional name from the name of the graphic artist who drew the Gallic helmet logo of French Gauloises cigarettes brand. He died overnight between 5-6 November from cancer, aged 52. [ ... ] " http://en.wikipedia.org/wiki/Jacno
Jacno was quite successful in France and to extent in Europa with standards such as Rectangle as well certain titles from the different LP of Elli and Jacno.
Stinky Toys were a Punk band from Paris and the only one as French having performed at the 100 Clubs Punk Festival in London (1976). They were featured once on the front page of Melody Maker magazine. It started in 1974 with Elli Medeiros (vocals), Denis Quilliard, alias Jacno, (aka Jan Colrth) (rhythm guitar), Bruno Carone (lead guitar), Albin Dériat (bass guitar), then Hervé Zénouda (drums). It disbanded in 1978-79.

— Il y a une recension avec des videos et des liens en accès public dans le blog de Orphée Delarue sur MySpace (Facebook étant au contraire inacessible aux non membres).

" R.I.P. JACNO — Category : Music
(...) The minimalist abstraction of the style and of the music, with the humor as radical elegance of the melancholy, by the leit motiv of the repetitive emotion in the empty society after the postmodernity. [ ... ] "

Un article du journal Le Monde daté du 10 novembre 2009, Jacno, musicien et chanteur, Carnets, ne répète pas la dépêche de Presse de l’AFP et procure quelques informations qu’on ne trouve pas davantage dans les articles dédiés de la toile Internet :
http://lemonde.fr/carnet/article/2009/11/10/jacno-musicien-et-chanteur_1265287_3382.html
(avec une réserve sur le sous-titre "dilettantisme", inapproprié à l’engagement professionnel de Jacno, et "a tenté une carrière solo", car il ne s’agit que d’une diversification de sa production multiple, au même moment — sans compter une entrée désintéressée mais participative d’acteur de cinéma, qui n’est d’ailleurs pas citée pour autant qu’elle aurait pu justifier ce titre) ; quant à la carrière solo, ses albums, productions associant la musique et le texte, ne sont pas ses moindres créations et resteront à découvrir après sa mort, c’est au contraire prédire que Jacno aura une émergence posthume d’auteur compositeur — et interprète — poétique. Notamment ses récitatifs sont tous symboliques, et Le sport un texte pataphysique (science des solutions imaginaires) affirmé, comme certaine de ses structures musicales, bien que Jacno ne fut pas membre du Collège.


UN RADICALISME KÉNOTIQUE

Kénotique... ?
Ce n’est pas une pieuse comparaison quoique, une métaphore empruntée à la vie du Christ, à ses vicissitudes et à sa vénalité, à son amour charnel, non le sacrifice exactement, mais l’itinéraire des abstractions progressives dans la figure du dépouillement, comme transfiguration poétique ou conceptuelle, exprimée par diverses théories philosophiques et critiques parmi lesquelles, à l’acte même de l’invention littéraire en place de philosophie de la vie, les oeuvres de Fédor M. Dostoïevski et de D.H. Lawrence. Autrement dit : la Kénose que d’aucuns prêtent encore à Hegel, comme à la modernité sans anecdote, c’est d’abord le glaive de Paul, pour lequel le dépouillement est la perte et son terme radical la mort (matière et symbole), selon un régime dualiste de la vie entre contingence et conscience, entre matérialisme naturaliste et abstraction matérialiste de la pensée, qui réalise les métamorphoses de la transcendance. Pour ne pas intégrer le registre théologique et encore moins le registre mystique, disons simplement : la sublimation — et la pensée. Paul venu du manichéisme (comme Augustin, auquel on prête d’avoir posé les jalons de l’utopie en regard de la cité de Dieu — où l’on retrouve peut-être Machiavel ?)... Retour au lyrisme : L’amour courtois et la symbolique de la Kénose dans le motet — à propos du poète et compositeur français Guillaume de Machaut (XIVe siècle).

L’invention artistique.

On attribue à Jacno d’avoir été le précurseur de l’électronique dans le rock et la Pop française à succès. En fait, dès 1967 la composition de musique concrète électro-acoustique de Pierre Henry et Michel Colombier, attribuée à un Rock’n Roll pour Maurice Béjart, Psyche Rock, avait fait un succès de radio. Mais le minimalisme radical de l’électronique ponctuée d’acoustique, chez Jacno, est caractéristique de l’économie musicale des Punks français, qui devaient se contenter du support des boîtes à rythmes des maquettes, faute de budget pour tenter leurs premiers EP. Jacno a inventé une stratégie sonore personnelle de ce minimalisme, sur la base du synthétiseur avec les touches acoustiques (guitare et batterie principalement) qui en outre de leur simplicité technique présentaient l’avantage de lui permettre de travailler et d’enregistrer seul. Dans une même composition il mutait le tempo du rock’n roll, binaire appuyé qu’il ne ramenait pas au rythme ternaire du blues, mais dérivait parfois en quatre temps, par exemple dans Rectangle — que la répétition du thème réalise en hantise valsée — ; car de l’autre côté il intégrait des musiques répétitives techno-expérimentales et électro-acoustiques (ou acoustiques), dans une interprétation critique du leit-motiv instrumental, de Kraftwerk à Philip Glass (depuis 1976 il s’intéressait à des artistes comme David Bowie, et justement en 1979 année de l’album JACNO, écrivait les jingles vocaux et instrumentaux associés à des animations géométriques, ensemble musical et visuel dit Geometry of Circles, pour la série des émissions éducatives de la TV américaine Sesame Street ; mais il ne réalisera ses pièces répétitives pour boîtes à musiques, les plus minimalistes, qu’après Rectangle). Le génie, dans Rectangle, c’est ce transgenre de la musique obsessionnelle mutée en piste de décollage, où il attaque en majeure l’expression sentimentale de la mélancolie, habituellement exprimée en mineure. Non ce n’est pas une musique complaisante ; contre la mineure narcissique la répétition en majeure cadre un abîme, désigne un trou noir. Ce qui pousse le lyrisme de Rectangle en montée de rengaine amplifiée, soutenue dans une tonalité brute, directe, qui transfère une certaine violence du rock Punk dans la variété Pop. Il y avait enfin une proximité expérimentale, extra académique, des Stinky Toys et particulièrement de Elli et de Jacno, avec l’univers psychanalytique et philosophique de Félix Guattari, alors à l’oeuvre de conceptualiser la ritournelle et le galop* avec Gilles Deleuze (à propos de l’existence, du désir, du temps, de la musique) ; de plus, Guattari était philosophiquement impliqué dans un activisme performatif de son interprétation de l’art brut : art primal ou selon son propre concept, "déterritorialisé" (on pense par exemple à des artistes comme la femme peintre Aloîse Corbaz). Guattari était d’abord praticien associé à la clinique de psychiatrie ouverte de La Borde, fondée par le psychiatre institutionnel militant que fut Jean Oury (toujours vivant), parmi les patients et le personnel de laquelle les Stinky Toys habitèrent pendant quelques jours, pour jouer dans le cadre d’un événement expérimental. On peut avancer l’hypothèse d’une influence particulière de cet environnement, à la fois sémiotique, symbolique, sensuel, sur l’ensemble des sources musicales collectives, et la sensibilité personnelle et avant-gardiste, qui structurèrent la stratégie poétique des Stinky Toys, de Elli & Jacno, puis respectivement de Elli et de Jacno. Où une compositrice de musique microtonale contemporaine comme Pascale Criton joua un rôle dans la conception qu’en a donnée Deleuze, la musique de Jacno en aurait procuré un événement populaire, circonstancié.

Ses derniers albums sont orchestraux dans un registre électro-acoustique aux superpositions diversement enrichies, selon un principe structural clair et rigoureux, comme dans le premier album instrumental minimaliste, avec le contrepoint multiple des sources musicales et quelques effets — apparitions-disparitions et petites surprises qui intéressent l’oreille et émeuvent. Toujours avec la violence retenue, mais latente, un des aspects appliqué de la musique de Mozart — oui — qu’il citait souvent pour l’avoir beaucoup entendue (de même qu’Erik Satie, dont on conçoit plus facilement l’influence déclarée — fragments, concepts minimalistes, séries, humour, sensibilité) dans la Pop musique de Jacno — comme si elle jouait un rôle subliminal dans d’autres musiques sans rapport apparent avec elle.

Ses paroles sont en même temps subtiles et incisives. L’ensemble de son dispositif textuel et musical est à la fois oulipien, même s’il n’était pas membre "institué" de l’Ouvroir de Littérature Potentielle, et lyrique (mais qui pourrait affirmer que le grand Perec ne fut pas en même temps dans un lyrisme de sa propre vie au-delà d’une écriture expérimentale de l’énoncé ?)... L’élégance en toute chose de ses actes et de ses pensées est ce qui caractérise pourtant son intelligence et sa lucidité, radicales, parfois même jusqu’à la cruauté mais sans méchanceté. La vision de l’ange. La beauté et l’éthique en lui.

Jacno, Les objets (album French Paradox, 2002)


Clip réalisé par Chris Morin http://www.youtube.com/user/louloute75017

— Pour mémoire du nom du groupe et de la couverture du premier album solo JACNO : http://en.wikipedia.org/wiki/Dinky_Toys

— L’icône de survol du présent article est la couverture du CD référencé à l’adresse
http://www.french-new-wave.com/disc.php?id=1299 T’es loin, t’es près, Jacno (1988).

* Sur la ’ritournelle et le ’galop (où Guattari aurait davantage conceptualisé le galop et Deleuze la ritournelle) :
http://hypermedia.univ-paris8.fr/seminaires/semaction/seminaires/txt02-03/seance4/post4_lda.htm
à propos des sources d’inspiration sensible de Jacno : "ton ressenti animal", Felix Guattari (rappel de la rencontre des Stinky Toys avec des psys et des patients de la clinique de La Borde, où Guattari pratiquait la psychanalyse dans un cadre institutionnel et trouvait un lieu d’intégration de ses recherches philosophiques et artistiques).

Épilogue plusieurs.

L’intelligence en chaque chose créée ou arrangée, diverse, depuis un lyrisme du temps, de soi, de l’autre, et la maîtrise des registres partagés tant sonores que visuels, dans un monde où le son est devenu la proie de l’image : cette conscience, dite culture, dans le miroir des êtres qui ont choisi d’en transformer leur chair pour accomplir leur citoyenneté publique, elle est peut-être en train de nous déserter. L’éducation réduite à l’information binaire aux fins d’absorber la critique ignore la complexité, accélérant le temps de l’ordre et de la réponse, au fur et à mesure que de telles personnalités pragmatiques des arts media populaires, émergentes du mouvement Punk, qui exécuta la fin de la post-modernité en l’excédant par des actes singularisés, disparaissent. Même si, comme le faisait remarquer un correspondant de Elli Medeiros sur Facebook, "Longtemps, longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues..."

Là, je pense autant à un artiste autrement engagé tel Joe Strummer de The Clash, dans la tourmente populaire de l’Angleterre Thatchérienne, que les Stinky Toys avaient rencontré en même temps que les Sex Pistols, dont le manager les avait choisis pour représenter les français, dans le cadre du Festival Punk des 100 clubs à Londres, en 1976. Les trois groupes à la Une de l’affiche (Jacno l’évoque dans l’interview de RFI en 2006). Strummer, mort aussi d’un cancer, en 2002... Alors, Stinky Toys à la culture délocalisée faisaient la une de l’hebdomadaire Melody Maker. Mais ce qui compte encore est ce que chacun d’eux transformé en a produit ensuite, intégré par les générations en mutation, "de 7 à 77 ans", qui en décrétèrent leurs viatiques.

Bye Bye, Denis...

Rectangle


http://www.youtube.com/watch?v=3fTe0xaJ6Ac
(clip pour une émission TV — Chorus (antenne 2) ? — le 9 avril 1980)

LP Jacno, 1979

Triangle


http://www.youtube.com/watch?v=4d8CmUYKoAc

LP Jacno, 1979

Cercle


http://www.youtube.com/watch?v=5qmoMZqdacw

LP Jacno, 1979

Dédicace de l’astérisque inter-titre spécial pour mémoire de Losange (introuvable sur Internet mais ce n’est qu’un quadrilatère particulier qui ne fera donc pas défaut à l’évocation de Rectangle).

LP Jacno, 1979

Merci aux internautes éditeurs, spécialistes, amateurs, ou amis, dans les agrégateurs collectifs qui ont permis de requérir les chansons de 1985 jusqu’ici inédites sur le web Tant de baisers perdus et Tic, tac j’débloque et l’extrait du clip documentaire de l’émission TV sur le Single Rectangle, ainsi que les autres pièces musicales du premier album solo Jacno dont il est extrait, majoritairement instrumental (excepté une chanson écrite et chantée par Elli) :

A1 Rectangle
A2 Anne Cherchait L’Amour
Vocals : Elli Medeiros
Lyrics by Elli Medeiros
A3 Triangle
B1 Losange
B2 Cercle
B3 Anne Cherchait L’Amour (Instrumental)

3 versions datées en 1979 :
Jacno (LP) Celluloid CEL 2-6547
Jacno (LP) Dorian DOR 6001
Jacno (LP) Ariola, Celluloid

Un Single Dorian /Celluloïd en 1980 (?)
CEL 1 - 6201
Durée 3’ 38’’

Le Single Néerlandais :

Jacno - Rectangle. Label : Ariola Benelux. Catalog : 102.435
Format : Vinyl, 7", Single
Country : Netherlands. Released : 1980. Genre : Electronic. Style : Synth-pop
. Tracklist :
— A / Rectangle
— B / Anne Cherchait L’amour
Vocals, Written-By - Elli Medeiros
Credits : Producer, Written-By - Jacno
Notes : (P)1980 Ariola Benelux B.V.
STEMRA
http://www.discogs.com/Jacno-Rectangle/release/1176046

Elli & Jacno, Le téléphone (Single Le téléphone, 1983)


giomog

Elli & Jacno, Je t’aime tant (album Boomerang, 1982)


http://www.youtube.com/user/giomog

d’Elli & Jacno, d’Elli.

Elli Medeiros, à la fois compagne de création, muse, et compagne de vie de Jacno jusqu’à 1984, qui donna naissance à leur fille Calypso, fut l’autre personnalité active, activiste punk du dynamisme des Stinky Toys puis New Wave de Elli & Jacno, tant à l’intérieur (parolière et interprète vocale dont la féminité sentimentale est indissociable de la sensibilité publique de Elli & Jacno, créatrice de plusieurs thèmes, typographie et design des pochettes et des signes, look du groupe et du duo, premier accord artistique avec Jean-Charles de Castelbajac — créateur contemporain émergent qui souvent les habilla en scène ou pour des photos, et restera le grand ami fraternel de Jacno), qu’à l’extérieur (graphiste et auteur de supports dessinés, d’objets, et modèle), avec une sensibilité du passé de la modernité internationale, le multilinguisme (essentiellement anglophone concernant Stinky Toys, Jacno l’était aussi, et francophone concernant Elli & Jacno — excepté Himno nacional del Uruguay dans l’album Boomerang), et le sens global du stylisme épuré, débarrassé du désordre vestimentaire anecdotique des hippies, en toute chose.

Après la bande originale de la musique d’Elli & Jacno produite par Jacno pour le film d’Eric Rohmer Les nuits de la pleine lune, le couple se sépara ; l’un et l’autre se lancèrent dans une carrière autonome, avec une détermination personnelle persistante malgré les épreuves, notamment le décès d’une personne aimée et un accident personnel atteignirent Jacno. Chacun se réalisa respectivement selon son savoir le plus exécutif et son inspiration du temps (autant les sources musicales, dont natives, que les disciplines abordées, parmi lesquelles le cinéma).

Pour résumer brièvement l’aventure d’Elli en solo, elle commença par poursuivre dans la création musicale grâce à des rencontres suggérant de nouvelles collaborations pour ses deux chansons à succès (thèmes et textes) Toi mon toit et A baîlar Calypso (production Ramuntcho Matta), et pour son dernier album EM, Soulève-moi, en 2006, (production Etienne Daho, qu’elle connaissait comme Jacno dès l’invitation des Stinky Toys pour un concert à Rennes, et avec lequel elle avait chanté en duo Beauty and pride en 1998 ; mais avant l’album EM il avait plutôt travaillé ou échangé des participations avec Jacno). Entre temps, elle donna naissance à trois enfants après Calypso, et les éleva. Elle prit des cours de théâtre et commença une carrière dans le cinéma, jouant dans 26 films, tout en continuant ses activités artistiques diversifiées : elle défila et posa comme modèle pour un couturier anglais, et créa des objets de design, dont des accessoires pour le film de Brian de Palma Femmes fatales (2002), certains restant commercialisés sous sa propre marque Katabami (édition multiple).

JACNO.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacno_(musicien)

Jacno a tracé le chemin d’une carrière musicale constante, recherchée, dans le cadre d’une production artistique (et technique) professionnelle, personnelle et collective (entendre que ses activités furent autant appliquées à d’autres qu’à son oeuvre propre d’auteur compositeur). D’autre part, il participa comme acteur à cinq films : J’aurais jamais dû croiser son regard de Jean-Marc Longval (1989), L’Auberge espagnole de Cédric Klapisch (2002), Variété française de Frédéric Videau (présenté à la Mostra de Venise 2003, dans le cadre de la semaine internationale de la critique), Les Lionceaux de Claire Doyon (présenté au Festival de Cannes 2003, à la Quinzaine des réalisateurs), Code 68 de Jean-Henri Roger (2004) ; il passe dans Rien dans les poches, série pour canal +, de Marion Vernoux (2008). Il disait se sentir libre des résultats de ses participations comme acteur de cinéma, car ce n’était pas l’objet direct de sa carrière (dernier entretien en Live au Triptyque, dans le cadre de l’émission Bande passante, RFI, 2006) — en fait, il apparaît aussi précis et toujours juste, voir excellent, dans cette discipline.

Il a produit plusieurs albums d’artistes connus ; après le groupe Mathématiques modernes, Lio (Amoureux solitaires), Etienne Daho (son premier album), Pauline Lafont, Jacques Higelin, Paul Personne (pour lequel il écrivit aussi le texte de la chanson Le bourdon), Daniel Darc, Les Valentins (pour lesquels il écrivit aussi le texte de la chanson J’ai triste), où également il interpréta des duos. Il a collaboré à d’autres productions dont J’fume plus de shit de Stupeflip, chanté deux reprises en duo avec Mareva Galanter (2006), tout en composant, en écrivant, et en produisant ses propres CD d’auteur, les principaux étant après Jacno (EP, 6 titres, Celluloïd, 1979), les albums : T’es loin t’es près (LP, 9 titres, Barclay, 1988), Une idée derrière la tête (LP, 12 titres, Barclay, 1991), Faux Témoin (LP, 11 titres, produit par Etienne Daho, 1995), La part des anges (LP, 10 titres, Mélodie/Sony Music, 1999), French paradoxe (LP, 10 titres, Emma/Wagram, 2002), Tant de temps (LP, 11 titres, Warner Music, 2006) — qui comprennent également des duos tel celui avec Hélène Noguerra (Désamour, French Paradox). Il a publié de nombreux Singles, pas tous extraits des albums, parmi lesquels son premier acte solo après la rupture d’Elli & Jacno Tant de baisers perdus (paroles de Françoise Hardy, 2 titres inédits, Vinyl, CBS, 1985), et D’une rive à l’autre, inédit (Polygram, 1994) où il chante en duo avec Romane Bohringer. Avec les contributions amicales des voix de Françoise Hardy à Françoise Cactus (du groupe Stéréo Total) en passant par Etienne Daho et d’autres.

Sa production personnelle après Elli & Jacno le révéla dans une multiplicité poétique, prolongeant son espace musical, son humour et son ironie dédiés à la mélancolie (non la nostalgie), dont les textes remarquables de ses paroles pour lui ou pour d’autres. Plutôt que des influences, c’est la structure des palindromes qui caractérise sa réponse critique à l’ordre simple (réducteur) de la chansonnette, qu’en toute humilité il élève au niveau de pièces brèves, contre partie en contrepèterie sonore, advenant chez lui comme une oeuvre personnelle intégrée, trans-genre des champs où il travaillait.

[ Ce qui précède est un résumé, non une recension exhaustive des actes musicaux de Jacno, ni de ses collaborations artistiques, ni même de la diversité de ses champs artistiques ; on conseille de se reporter à sa biographie dans le site de Radio France Internationale Musique, qui présente de nombreuses précisions ]


Le témoignage Jacno par Castelbajac dans Les Inrocks : "Le créateur Jean-Charles de Castelbajac se souvient avec tendresse de Jacno, son frère choisi." Où l’on apprend qu’un nouvel album était en préparation.

Jacno l’hédoniste (Pascal Dupont, L’Express, 28 novembre 2002)

Jacno - Le tonton flingueur (Interview par Marc Besse, Inrocks, 14 juillet 1999)

Les attrape-coeurs : Jacno (Interview par Alex Masson, Inrocks, 17 février 1999). Il déclarait lire peu (mais il suffisait de lui demander le titre d’un ouvrage qui l’avait passionné pour savoir qu’il lisait) ; dans cette interview, il cite Les Matinaux, de René Char.

La classe des cigarettes.

On doit aux Punks anglais d’avoir singularisé les actes européens depuis un mouvement artistique anglophone, après les groupes cultes du rock et de la pop postmodernes. Tout a commencé par se manifester radicalement et de façon performative de l’underground, notamment contestataire dans les lieux mêmes des écoles d’art. Le mouvement critique dans sa première phase a fait son événement émergent "destroy" de façon multidisciplinaire, musique, arts graphiques, stylisme, littérature, disant contre le pouvoir la fin de la modernité à l’acte même du potlatch des référents de l’histoire moderne, dans l’Angleterre sinistrée... Les cigarettes de Jacno — en outre qu’il fumât beaucoup et qu’il en fut probablement mort — participent de cette allégorie. Jacno et les cigarettes, c’est d’abord une distinction populaire des toxiques de base pourrait-on dire, l’emprunt de la signature du graphiste français Marcel Jacno, qui redessina et signa en 1936 le paquet des "gauloises bleues" du tabac noir du Lot, les cigarettes du prolétariat victorieux du Front populaire ; icône sans cesse renouvelée de la lutte des classes enracinée dans le génie populaire, les gauloises bleues furent aussi les cigarettes électives de John Lennon, jusqu’à New York. Mais encore, la version prolétarienne américaine du tabac de Virginie, au paquet autant célèbre dessiné par Raymond Loewy, les "Lucky Strike" (le paquet blanc" au disque rouge — depuis 1942), que Humphrey Bogart citant les ouvriers américains désignait par "clous de cercueil" (coffin nails), interviennent en référence de la métaphore "lucky crack", dans la première chanson solo de Jacno, Tant de baisers perdus ; les paroles furent écrites à sa demande par Françoise Hardy, pour exprimer une épreuve difficile et la révolte auto-destructrice et auto-dérisoire par laquelle il réagissait à une rupture amoureuse qui engageait sa vie.

Les derniers mots, un court métrage de Yves Saillet avec José Garcia, avec et dialogué par Jacno (1995)

Jacno, Tant de baisers perdus (Lyrics par Françoise Hardy, 1985)


http://www.youtube.com/user/petiteteigne

Maxi 45t Tant de baisers perdus

Jacno, Baiser empoisonné (album Tant de Temps, 2006)

Kiss performance by the last girls of yokohama http://www.youtube.com/user/scalpa2007


Jacno à Radio France Internationale

Jacno , bio-bibliographie mise à jour après le décès de l’artiste, en novembre 2009. (texte en cache, autoriser le texte seul)

Disparition de Jacno, le dandy janséniste , article par Bertrand Dicale, le 9 novembre 2009.

Jacno téléscope les 80’s et les années 2000 - Un album solo et un livre , article par Jean-Eric Perrin, le 12 mai 2006, pour la parution du dernier album Tant de temps.
Invité à l’émission Bande passante (RealAudio), le 26 juin 2006, Live au Triptyque, à Paris — la dernière interview de Jacno (avec des extraits intégraux de l’album).

Jacno, le retour du dandy , article par Pascale Hamon, le 25 mars 1999,
pour la sortie de La part des anges.

Biography, August 2006 ; feed RSS (Txt in memory mask) —presents some errors on the career. Mostly review from the French book Itinéraire du dandy pop, entretiens, from Jacno and Albert Algoud, mai 2006. ((Txt in memory mask)

Jacno’s back ! announcement for the release of the album French Paradoxe, the 14th of April 2006 ; feed RSS (Txt in memory mask).


Tous les albums de Jacno neufs ou d’occasion disponibles sur amazon.fr

CANCRIZAN CANONS (PALINDROME)

Plusieurs compositions musicales (la plupart pourrait-on dire) de Jacno sont — ou contiennent — des palindromes thématiques.

Jacno, Roulette russe, Elli & Jacno, Boomerang (1982)


Générique de l’émission platine 45
(1982-1986, Jacky pour le canal TV antenne 2)
envoyé par jrmdlvx.

C’est la plus publique d’une petite série de pièces et de Jingles à vocation expérimentale ou commerciale qu’on peut considérer comme des readymade de Rectangle. En reste-t’il d’autres traces ? Tous les documents de travail ont-ils été archivés ou bien détruits par Jacno, ou un professionnel de ses amis les exhumera-t’il sans arrangement, un jour ?

Stanislas Cazal, le blog Underground
http://stanislaskazal.canalblog.com/archives/punk/index.html
Un article en français sur le Rock Punk et son mouvement notamment en Angleterre, par un amateur bien informé, peut-être témoin du Festival Punk des 100 clubs et de la prestation des Stinky Toys (seul Pete Shelley, leader des Buzzcocks, aurait trouvé que le groupe fut très bon).

L’éditeur du blog Kill me Sarah rend hommage à Jacno avec une évocation rétrospective des Toys, illustrée de récits photographiques légendés (extraits d’un Rock & Folk de l’époque), commentée, et offre à entendre deux thèmes (en entête de l’article) :
samedi, novembre 07, 2009,
584 Les samedis musicaux #8 Bye bye Jacno ( Stinky Toys : You close your eyes + Lonely lover )
 :
http://kmskma.free.fr/2009/11/584-les-samedis-musicaux-8-bye-bye.html

La dernière contribution publique de Jacno, solidaire et tendrement amicale, adaptation musicale et participation à l’image du scopitone pour Mareva Galanter, dans le cadre de son album Ukuyéyé, en 2006 (reprise de My Baby Shot Me Down de Sonny Bono pour Cher (1966), puis sous le titre Bang Bang adapté par Franck Sinatra pour sa fille Nancy, puis version française adaptée par Serge Piolet pour Sheila en 1967)...



http://www.youtube.com/user/MarevaMareva
http://www.myspace.com/marevagalanter

L’album de photos des Stinky Toys dans la Galerie du MySpace officiel.

It is deadlicious, hommage photographique ; le site incontournable des disparus du Rock’n Roll publiait dès le 9 novembre une série de magnifiques photos, quasiment inédites parmi les séries de promotion des albums, et quelques photos du mouvement Punk, de Jacno et de Elli et Jacno.

Le blog du journaliste François Alquier aka Mandor
hommage à Jacno (avec une recension riche en vidéos)
http://www.mandor.fr/archive/2009/11/07/jacno-est-mort.html où l’on trouve la référence de Presse de son article Jacno in Virgin N°69, le 2 juin 2006, pour la sortie de l’album "Tant de temps" ; blog auquel nous devons le grand format de la photo au vampire qui fera date dans la non disparition de Jacno.

Le blog de Leo, Valstar et Gauloises en 1976 , 8 novembre, apparemment la version française de l’intéressante biographie, sans révisionnisme de l’histoire de Jacno et enlevée, parue dans le site de RFI en août 2006 (majoritairement recension de l’ouvrage Itinéraire du dandy pop, entretiens avec Jacno par Albert Algoud, paru en mai, la même année) :
http://eddy-cochran.over-blog.com/article-valstar-et-gauloises-en-1976-38978949.html
Quelques erreurs, à l’emporte pièce, peut-être l’omission du premier batteur des Toys qui n’était pas Zénouda — à vérifier auprès de lui, aujourd’hui compositeur producteur et membre du label collectif indépendant Trace Label, d’autre part musicologue HDR maître de conférence à l’université de Toulon — et Lio, avec le Single Le Banana Split, a fait la première partie d’un concert des Stinky Toys avant la parution de l’album qui réintègre Le banana split avec Amoureux solitaire, en 1980 ; sur la clinique psychiatrique de La Borde, elle n’a pas été pas co-fondée avec Deleuze, non impliqué dans l’activité clinique de Guattari, ne serait-ce parce que le cadre déontologique du code de la médecine et des cliniques conventionnées ne l’aurait pas rendu possible. Le fondateur en 1953 est bien Jean Oury déjà cité, psychiatre notoirement engagé dans la psychiatrie institutionnelle, qui attribua un lieu de pratique spécialisée à Guattari, en psychanalyse, lequel y travailla toute sa vie. Quant au succès de l’album Tant de temps : oui pour les critiques professionnelles, pas certain pour la tournée. D’après d’autres journalistes, elle n’aurait pas eu lieu du fait des organisateurs (major et/ou tourneur), craignant que la tournée ne soit attaquée et boudée comme l’album, l’année même de la coupe du monde de football en Allemagne (elle était bien ciblée par le clip puisque les cartons bilingues, alternativement, sont en français puis en allemand).

Le blog shigepekin, consacre plusieurs articles à Jacno et aux Stinky Toys :
Génie de Jacno, où un commentaire signé Castelbajac informe d’une cérémonie à l’église St Roch à Paris le 25 novembre à 17h.

Culturopoing.com, offre un long article qui recense les différentes étapes de la production de Jacno, Mort de Jacno à 52 ans (cité dans le blog shigepekin). Toutefois, nous pensons, par exemple, que les deux lignes expéditives attribuées au dernier album "Tant de temps" traduisent une incompréhension musicale du dernier travail de Jacno. L’album au contraire, loin d’être moins intéressant, trouble l’oreille parce qu’il expérimente et innove une nouvelle façon de composer et de nouveaux registres de sa ressource électro. Il est probable que le prochain album, qu’à bien lire Castelbajac dans les Inrocks Jacno préparait cet été, aurait procuré — procurera peut-être en publication posthume — une réponse claire à ceux qui n’avaient pas compris ce changement en cours. Pas d’accord non plus sur le fait de prêter une influence de Jean-Michel Jarre dans la musique de Jacno, laquelle en présenterait plutôt une critique radicale.

Les MySpace officiels :
Jacno http://www.myspace.com/jacno
Elli & Jacno http://www.myspace.com/ellietjacnoofficiel
Stinky Toys http://www.myspace.com/officialstinkytoys


LE GÉNIE DE L’INSOUMISSION ICONOCLASTE PARFAITEMENT CIBLÉE

Jacno, Le sport c’est d’la merde (album Tant de Temps, 2006)


http://www.youtube.com/user/greenveloso

LE ROMAN D’UNE GENERATION Le Paris branché des années 70
Site de Bernard Bacos sur les années 70 http://paris70.free.fr/ :
Que sont-ils devenus ?

Un hommage bouleversant, témoignage personnel d’un journaliste qui signe sous pseudo, et qui donne à entendre en ligne un fragment récitatif de Jacno Lawrence d’Arabie, extrait de l’album Faux Témoin (1995) (l’album qui paraît après la compilation de Elli & Jacno longtemps après que le groupe soit dissout, en 1994), comme un texte d’adieu...

GONZAÏ N°137, la rubrique Le culte est dédiée à Jacno

1957-2009 : T’es loin t’es près (8 novembre)
titre éponyme du premier album de Jacno, en 1988 ; Exergue : "N’avoir rien accompli et mourir exténué" Cioran.

ITINÉRAIRE DU DANDY POP , autobiographie sous la forme d’entretiens, Jacno (auteur), avec Albert Algoud (interviewer), col. SL, éditions du Rocher, Paris, 2006. (dans le site d’Amazon)

Relativement récent, ce livre critique entre deux partenaires brillants, à la fois cultivés sans en prendre respect, et implacablement logiques et ludiques à la réplique, sans rémission de ce qu’ils traitent ainsi, donne une belle manifestation de la juste remarque, dans un article des Inrocks, selon laquelle Jacno avait le sens des "haïkus cinglants" ; mais davantage, selon l’écrivain Thomas Clerc qui le choisit (plutôt qu’un album) en référence de sa chronique à France Culture, dans le cadre de l’hommage qu’il rendit avec humour à l’auteur, le 20 novembre, disant que pour lui Jacno était un "compositeur littéraire" (clin d’oeil à French Paradox)... C’est encore l’exergue de ce livre citant Cioran, que Bester choisit de citer pour commencer son hommage à l’auteur dans Gonzaï... Ouvrage déconstructiviste de la vie de l’auteur, quasiment exhaustif de sa biographie, exploité sous son aspect historique dans la plupart des hommages rendus par la Presse depuis sa disparition, sans citation particulière. Où l’on apprend dans le détail, comme le journaliste Jean-Eric Perrin le tenant directement de Jacno le rapporte en commentaires dans le même article du magazine Gonzaï, comment Andy Warhol avait débarqué à Paris avec un badge à l’image du français, qui le fascinait, comment il l’avait dragué mais finalement lui avait plutôt accordé ce qu’il n’avait jamais concédé à personne [ notre hypothèse : Picasso s’y étant particulièrement illustré avant lui ] : un dessin dédicacé sur un bout de nappe en papier. D’autre part, toujours selon le journaliste musical Jean-Eric Perrin qui lui consacra l’article de RFI à la sortie du dernier album, et qui avait accompagné les années musicales triomphantes de Elli & Jacno, la légende voudrait que Denis Quillard aka Jacno ait inspiré la chanson Denis Denis, pour la chanteuse Deborah Harry, de Blondie... Un des standards du groupe avec un succès sans faille au-delà de la décennie où la chanson fut créée, en 1978.

JACNO, note bio-bibliographique du Centre national du patrimoine de la chanson, des variétés et des musiques actuelles :

http://www.lehall.com/docs/biographies/jacno.pdf

◊ ◊ ◊

Une discographie intégrale de Jacno, sur Discogs,
depuis laquelle il est possible d’accéder aux discographies
de Elli & Jacno, et de Stinky Toys
(acquisitions possibles selon les disponibilités) :
http://www.discogs.com/artist/Jacno

Collectors de Jacno, sur Ebay
Musique et Livres :
http://musique-cd.shop.ebay.fr/?_nkw=Jacno&_sacat=11233&_sop=2&ht=0

Collectors de Jacno, sur Price Minister
http://www.priceminister.com/s/jacno

Guardian.uk, Music Blog :
Remembering Jacno : France’s first punk (très joli articles à la réserve près, bien que nous ne sachions pas si Elli Medeiros est encore ou fut jamais l’épouse de Brian de Palma, que du moins si elle fut notoirement sa compagne pendant quelques années elle ne l’est plus depuis autant de temps ; il paraît donc abusif de la présenter sous ce jour à la date de la mort de Jacno — et d’ailleurs elle a suffisamment de personnalité publique et sociale pour ne pas avoir besoin de requérir les signes "people" a posteriori).

P.-S.

Remerciement : Laurent Massénat, grand amateur de Bach, artiste contemporain, et interacteur du Web, pour la localisation spécifique des canons (et des contrepoints), chez Jacno.
http://strangepaths.com/canon-1-a-2/2009/01/18/en/


Pour qui s’intéresse aux ressorts des musiques populaires, une information :

Le site universitaire de Paris-Sorbonne L’Observatoire Musical Français, Musique, Lettres, Sciences humaines et Environnement technologique ; école doctorale (Concepts et Langages, Sciences de la musique), comprend les groupes de recherche suivants :

CRETM (Centre de Recherches en Esthétiques et Théories Musicales)
GELM (Groupe d’Etude des Langues Musicologiques)
JCMP (Jazz, chanson, musiques populaires actuelles)
MAP (Musique et Art Plastiques)
MINT (Musicologie, Informatique et Nouvelles Technologies)
MUSECO (Musique, société, enseignement et cognition)
OMF (Observatoire Musical Français)

Cadre du groupe Jazz, Chanson et Musiques Populaires actuelles : professeur, Laurent Cugny ; maîtres de conférences, Olivier Julien, Hyacinthe Ravet, Catherine Rudent ; ATER, Cécile Prévost-Thomas.

Responsable général de la formation : Danièle Pistone ;
comité de direction : Michèle Barbe, Marc Battier, Danielle Cohen-Levinas, Laurent Cugny, Jean-Pierre Mialaret, Danièle Pistone.


Blondie, Denis Denis, festival de Glastonbury (UK, 1999)

http://www.youtube.com/user/DiamondJoe25

Les applaudissements rythmés par la batterie rappellent en français (mais en anglais peut-être) :
ce / n’est / qu’un début / continuons le / combat

Notes

[1Publication originale le 8 novembre 2009, dernière mise à jour le 21 mai 2010, à l’occasion de la réédition sur CD de Plastic Faces, le premier album des Stinky Toys — voir l’article Stinky Toys 2010 New Release dans La revue.

2 Messages

  • Mort de Jacno / Non-mort de Jacno 20 novembre 2009 18:21, par Shige

    Bravo pour les articles et la liste des liens presque exhaustive.

    Une précision relative au site "Shige Pékin". Il n’est nullement animé par un journaliste, du nom de Bernard, mais par l’auteur de ce billet, Shige.

    Je confirme que l’annonce de Castelbajac émane bien du couturier et non d’un quelconque usurpateur.

    Très cordialement.
    Shige

    http://www.shigepekin.over-blog.com

    repondre message

    • Mort de Jacno / Non-mort de Jacno 20 novembre 2009 23:08, par Aliette G. Certhoux

      Je corrige dans le texte (en même temps que j’ajoute le lien sur le témoignage de Castelbajac, et enlève le doute sur un concert des Sex Pistols dont Stinky Toys auraient fait la première partie ; car en fait, à entendre Jacno dans l’interview sur RFI en 2006, il s’agissait bien du Festival des 100 clubs dont ils faisaient la une de l’affiche pour les français, avec les Clash et Sex Pistols.

      repondre message

Répondre à cet article

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter