La Revue des Ressources
Accueil > Masse critique > Cahier de musique > Mort de Jacno / Non-mort de Jacno

Mort de Jacno / Non-mort de Jacno 

dimanche 7 novembre 2010, par Aliette G. Certhoux (Date de rédaction antérieure : 8 novembre 2009).

5-6 novembre 2010. Il y a un an...  [1].

L’hommage « Mort de Jacno / Non mort de Jacno »
est dédié à sa fille, née d’Elli Medeiros, la chanteuse compositrice Calypso Gallois.

JACNO (3 juillet 1957, 5-6 novembre 2009).

Moins de deux semaines après sa disparition, l’hommage de la Presse à l’artiste et la communication commerciale de ses productions dans tous les sites de vente en ligne, dont la page d’accueil de amazon.fr lui étant exclusivement consacrée le dimanche 15 novembre, ont attesté de sa popularité incontournable. Au-delà du boycott radiophonique et télévisuel de son dernier album "Tant de temps", à cause de la chanson à l’envers des media "Le sport c’est d’la merde", c’est le dialogue direct des internautes avec cette rengaine criminalisée par les lobbies qui a apporté à Jacno son dernier succès critique depuis 2006. Grâce au clip rigoureusement iconoclaste comme la musique et son texte boycotté par les chaines musicales, envoyé sur YouTube ce fut une traînée de poudre : lors de la grande manifestation nationale contre les licenciements et la politique anti-économique et anti-sociale du gouvernement, qui convoqua en France plus de deux millions de personnes, le 15 mars 2009, on put voir à Paris des pancartes au cadre noir et aux mots d’ordre ironiques plagiant les cartons du clip. Mais ce n’est pas tout, maintenant nous allons entendre l’album entier d’où la part maudite du sport a surgi avec le don du tube (d’autant plus subtil que Jacno y pariait notoirement une métaphore de ses addictions respectives, sa monnaie vivante), "Tant de temps", qu’il considérait musicalement comme l’un de ses meilleurs albums, sinon le meilleur. Et pour le déchiffrer nous allons retourner vers ses actes Solo après "Rectangle". Le paradoxe du simple (écrire sa musique avec des samples mais leurs combinatoires ne sont pas des remix, c’est la composition), c’est d’ouvrir les multiples chemins de l’abstraction mathématique secrète de la musique, par lesquels il n’y a pas de petite musique. La variété des répétitions n’est pas la reproduction de soi. C’est dire si le titre de son dernier album supposait autant que son passé le temps futur qu’il nous resterait à lui consacrer... Jacno, c’est l’écoute et le timbre, l’oreille des musiques modernes et contemporaines d’environnement et des musiques actuelles populaires, à l’épreuve de la critique sociale, c’est la différence entre les oeuvres personnelles et les contributions pour d’autres selon leurs propres sensibilités. C’est le style de la ponctuation acoustique quand elle fait vibrer l’électronique, quand laissant entrer le désir dans la machine obtuse elle déchire une petite faille, une âme instrumentale, pour libérer le supplément d’âme. Un compositeur radical en poète transgenre du son et des musiques divertissantes. Des avant-gardes dans le ruisseau à la ritournelle comme performance de renversement du réel, et sa découverte posthume.

Longue vie à JACNO...

Mise à jour en 2017 : Jacno un héros français, documentaire de 53 minutes pour la chaîne de télévision Direct Star diffusé en 2012 puis repris par Canal + (advenue en D17).



JACNO_vampire_2006
(sous réserve d’un copyright ou des ayant droits)

[ L’éditorial Mort de Jacno rédigé le 7 novembre publié le 8, est devenu Non-mort de Jacno le 15 novembre ] Help in English with an approximate Translation from Google

album_French_Paradox

La nuit du jeudi 5 au vendredi 6 novembre 2009 dans un service hospitalier à Paris, Jacno, compositeur, producteur, arrangeur, acteur, auteur, et chanteur et interprète français, que les premiers Rock’n Roll du groupe Stinky Toys, fondé avec des copains de lycée et Elli Medeiros, avaient fait connaître parmi le mouvement Punk au-delà de l’hexagone... notre ami Denis — parce que nous avons vécu dans sa proximité au même domicile avec Elli, au début des années 80 — est mort à 52 ans, d’on ne sait quel cancer, peut-être à l’encontre des apparences de son pseudonyme aux Gauloises bleues, et de l’amour à deux comme "la vodka et l’orange". Sans compter les paradis plus explosifs de l’exploration intérieure, finalement désertés.

100 Clubs Festival, Londres, 20 Sept-76

Stinky Toys, No no (album dit le gris, 1979 / 1990)


http://www.youtube.com/user/BizarreNotDead

Mais de toutes façons, lui aussi d’un cancer.

Avec les déménagements et les changements de mode de vie respectifs il était devenu lointain, mais resté parmi nous aimé et nous nous revoyions, quoique rarement, toujours avec un bonheur réciproque, toujours nous émerveillant de nouveau (la dernière fois après le concert d’Elli Medeiros au Nouveau Casino, à Paris, en 2006).

Je pense à tous mes amis proches ou lointains morts depuis 2008, morts de cette maladie, au terme d’un combat finissant souvent en calvaire quelque fut leur âge, souffrance ou soins palliatifs. Tous sauf un... Guy Peellaert, Jacqueline Cahen Sergent, Jean-Hugues Dobois, Jacno... Jean-Pierre Lentin, quant à lui foudroyé par une crise cardiaque ou une hémorragie cérébrale, je ne me souviens même plus, mais je sais qu’il nous a quittés brutalement et qu’une fois encore je me suis retrouvée sous la coupole du père Lachaise, me disant que le protocole de l’enlèvement du cercueil s’était drôlement simplifié, dans le sens de l’usage plutôt que du symbole, sauf les hommages exprimés par les amis de création et les familles... La première fois j’avais été submergée par une musique lancinante et ondoyante de Tom Johnson, soulevant la crémation de Georges Jeanclos (qui en avait formulé le voeu) au point que nous crûmes la voir.

Je n’ose même pas évoquer les noms de tous ceux qui ont disparu les années précédentes ni les enterrements, parmi lesquels celui de mon propre frère, que j’ai manqué.

Chacun de nous peut avoir ressenti cela, dans une société devenue elle-même désespérée, à quel point ces disparitions ne relèvent plus de nos perceptions des cycles, mais de la violence de la nouvelle indifférence règlementaire, systématique, contre la vitalité individuelle et sociale.

Jacno ne sera enterré ni incinéré à Paris, mais dans une propriété familiale, en province, j’ignore précisément où et quand.

Aliette G. Certhoux

Jacno, Pas d’histoire, (album French Paradox, 2002)

My no story today
Dedicated video by Yannick Dangin Leconte (10 Nov. 2009)
from the series My http://www.youtube.com/ydlorphans


NOTES

" Jacno (born 3 July 1957, Paris - died 6 November 2009) was a French musician. Born as Denis Quilliard, he was a founding member of the first French punk band The Stinky Toys. In the early 1980s, after the group disbanded, he teamed up with former Stinky Toys singer Elli Medeiros to form the pop duo Elli et Jacno. Jacno had also released a number of solo albums since 1979. A chain smoker, he took his professional name from the name of the graphic artist who drew the Gallic helmet logo of French Gauloises cigarettes brand. He died overnight between 5-6 November from cancer, aged 52. [ ... ] " http://en.wikipedia.org/wiki/Jacno
Jacno was quite successful in France and to extent in Europa with standards such as Rectangle as well certain titles from the different LP of Elli and Jacno.
Stinky Toys were a Punk band from Paris and the only one as French having performed at the 100 Clubs Punk Festival in London (1976). They were featured once on the front page of Melody Maker magazine. It started in 1974 with Elli Medeiros (vocals), Denis Quilliard, alias Jacno, (aka Jan Colrth) (rhythm guitar), Bruno Carone (lead guitar), Albin Dériat (bass guitar), then Hervé Zénouda (drums). It disbanded in 1978-79.

— Il y a une recension avec des videos et des liens en accès public dans le blog de Orphée Delarue sur MySpace (Facebook étant au contraire inacessible aux non membres).

" R.I.P. JACNO — Category : Music
(...) The minimalist abstraction of the style and of the music, with the humor as radical elegance of the melancholy, by the leit motiv of the repetitive emotion in the empty society after the postmodernity. [ ... ] "

Un article du journal Le Monde daté du 10 novembre 2009, Jacno, musicien et chanteur, Carnets, ne répète pas la dépêche de Presse de l’AFP et procure quelques informations qu’on ne trouve pas davantage dans les articles dédiés de la toile Internet :
http://lemonde.fr/carnet/article/2009/11/10/jacno-musicien-et-chanteur_1265287_3382.html
(avec une réserve sur le sous-titre "dilettantisme", inapproprié à l’engagement professionnel de Jacno, et "a tenté une carrière solo", car il ne s’agit que d’une diversification de sa production multiple, au même moment — sans compter une entrée désintéressée mais participative d’acteur de cinéma, qui n’est d’ailleurs pas citée pour autant qu’elle aurait pu justifier ce titre) ; quant à la carrière solo, ses albums, productions associant la musique et le texte, ne sont pas ses moindres créations et resteront à découvrir après sa mort, c’est au contraire prédire que Jacno aura une émergence posthume d’auteur compositeur — et interprète — poétique. Notamment ses récitatifs sont tous symboliques, et Le sport un texte pataphysique (science des solutions imaginaires) affirmé, comme certaine de ses structures musicales, bien que Jacno ne fut pas membre du Collège.


UN RADICALISME KÉNOTIQUE

Kénotique... ?
Ce n’est pas une pieuse comparaison quoique, une métaphore empruntée à la vie du Christ, à ses vicissitudes et à sa vénalité, à son amour charnel, non le sacrifice exactement, mais l’itinéraire des abstractions progressives dans la figure du dépouillement, comme transfiguration poétique ou conceptuelle, exprimée par diverses théories philosophiques et critiques parmi lesquelles, à l’acte même de l’invention littéraire en place de philosophie de la vie, les oeuvres de Fédor M. Dostoïevski et de D.H. Lawrence. Autrement dit : la Kénose que d’aucuns prêtent encore à Hegel, comme à la modernité sans anecdote, c’est d’abord le glaive de Paul, pour lequel le dépouillement est la perte et son terme radical la mort (matière et symbole), selon un régime dualiste de la vie entre contingence et conscience, entre matérialisme naturaliste et abstraction matérialiste de la pensée, qui réalise les métamorphoses de la transcendance. Pour ne pas intégrer le registre théologique et encore moins le registre mystique, disons simplement : la sublimation — et la pensée. Paul venu du manichéisme (comme Augustin, auquel on prête d’avoir posé les jalons de l’utopie en regard de la cité de Dieu — où l’on retrouve peut-être Machiavel ?)... Retour au lyrisme : L’amour courtois et la symbolique de la Kénose dans le motet — à propos du poète et compositeur français Guillaume de Machaut (XIVe siècle).

L’invention artistique.

On attribue à Jacno d’avoir été le précurseur de l’électronique dans le rock et la Pop française à succès. En fait, dès 1967 la composition de musique concrète électro-acoustique de Pierre Henry et Michel Colombier, attribuée à un Rock’n Roll pour Maurice Béjart, Psyche Rock, avait fait un succès de radio. Mais le minimalisme radical de l’électronique ponctuée d’acoustique, chez Jacno, est caractéristique de l’économie musicale des Punks français, qui devaient se contenter du support des boîtes à rythmes des maquettes, faute de budget pour tenter leurs premiers EP. Jacno a inventé une stratégie sonore personnelle de ce minimalisme, sur la base du synthétiseur avec les touches acoustiques (guitare et batterie principalement) qui en outre de leur simplicité technique présentaient l’avantage de lui permettre de travailler et d’enregistrer seul. Dans une même composition il mutait le tempo du rock’n roll, binaire appuyé qu’il ne ramenait pas au rythme ternaire du blues, mais dérivait parfois en quatre temps, par exemple dans Rectangle — que la répétition du thème réalise en hantise valsée — ; car de l’autre côté il intégrait des musiques répétitives techno-expérimentales et électro-acoustiques (ou acoustiques), dans une interprétation critique du leit-motiv instrumental, de Kraftwerk à Philip Glass (depuis 1976 il s’intéressait à des artistes comme David Bowie, et justement en 1979 année de l’album JACNO, écrivait les jingles vocaux et instrumentaux associés à des animations géométriques, ensemble musical et visuel dit Geometry of Circles, pour la série des émissions éducatives de la TV américaine Sesame Street ; mais il ne réalisera ses pièces répétitives pour boîtes à musiques, les plus minimalistes, qu’après Rectangle). Le génie, dans Rectangle, c’est ce transgenre de la musique obsessionnelle mutée en piste de décollage, où il attaque en majeure l’expression sentimentale de la mélancolie, habituellement exprimée en mineure. Non ce n’est pas une musique complaisante ; contre la mineure narcissique la répétition en majeure cadre un abîme, désigne un trou noir. Ce qui pousse le lyrisme de Rectangle en montée de rengaine amplifiée, soutenue dans une tonalité brute, directe, qui transfère une certaine violence du rock Punk dans la variété Pop. Il y avait enfin une proximité expérimentale, extra académique, des Stinky Toys et particulièrement de Elli et de Jacno, avec l’univers psychanalytique et philosophique de Félix Guattari, alors à l’oeuvre de conceptualiser la ritournelle et le galop* avec Gilles Deleuze (à propos de l’existence, du désir, du temps, de la musique) ; de plus, Guattari était philosophiquement impliqué dans un activisme performatif de son interprétation de l’art brut : art primal ou selon son propre concept, "déterritorialisé" (on pense par exemple à des artistes comme la femme peintre Aloîse Corbaz). Guattari était d’abord praticien associé à la clinique de psychiatrie ouverte de La Borde, fondée par le psychiatre institutionnel militant que fut Jean Oury (toujours vivant), parmi les patients et le personnel de laquelle les Stinky Toys habitèrent pendant quelques jours, pour jouer dans le cadre d’un événement expérimental. On peut avancer l’hypothèse d’une influence particulière de cet environnement, à la fois sémiotique, symbolique, sensuel, sur l’ensemble des sources musicales collectives, et la sensibilité personnelle et avant-gardiste, qui structurèrent la stratégie poétique des Stinky Toys, de Elli & Jacno, puis respectivement de Elli et de Jacno. Où une compositrice de musique microtonale contemporaine comme Pascale Criton joua un rôle dans la conception qu’en a donnée Deleuze, la musique de Jacno en aurait procuré un événement populaire, circonstancié.

Ses derniers albums sont orchestraux dans un registre électro-acoustique aux superpositions diversement enrichies, selon un principe structural clair et rigoureux, comme dans le premier album instrumental minimaliste, avec le contrepoint multiple des sources musicales et quelques effets — apparitions-disparitions et petites surprises qui intéressent l’oreille et émeuvent. Toujours avec la violence retenue, mais latente, un des aspects appliqué de la musique de Mozart — oui — qu’il citait souvent pour l’avoir beaucoup entendue (de même qu’Erik Satie, dont on conçoit plus facilement l’influence déclarée — fragments, concepts minimalistes, séries, humour, sensibilité) dans la Pop musique de Jacno — comme si elle jouait un rôle subliminal dans d’autres musiques sans rapport apparent avec elle.

Ses paroles sont en même temps subtiles et incisives. L’ensemble de son dispositif textuel et musical est à la fois oulipien, même s’il n’était pas membre "institué" de l’Ouvroir de Littérature Potentielle, et lyrique (mais qui pourrait affirmer que le grand Perec ne fut pas en même temps dans un lyrisme de sa propre vie au-delà d’une écriture expérimentale de l’énoncé ?)... L’élégance en toute chose de ses actes et de ses pensées est ce qui caractérise pourtant son intelligence et sa lucidité, radicales, parfois même jusqu’à la cruauté mais sans méchanceté. La vision de l’ange. La beauté et l’éthique en lui.

Jacno, Les objets (album French Paradox, 2002)


Clip réalisé par Chris Morin http://www.youtube.com/user/louloute75017

— Pour mémoire du nom du groupe et de la couverture du premier album solo JACNO : http://en.wikipedia.org/wiki/Dinky_Toys

— L’icône de survol du présent article est la couverture du CD référencé à l’adresse
http://www.french-new-wave.com/disc.php?id=1299 T’es loin, t’es près, Jacno (1988).

* Sur la ’ritournelle et le ’galop (où Guattari aurait davantage conceptualisé le galop et Deleuze la ritournelle) :
http://hypermedia.univ-paris8.fr/seminaires/semaction/seminaires/txt02-03/seance4/post4_lda.htm
à propos des sources d’inspiration sensible de Jacno : "ton ressenti animal", Felix Guattari (rappel de la rencontre des Stinky Toys avec des psys et des patients de la clinique de La Borde, où Guattari pratiquait la psychanalyse dans un cadre institutionnel et trouvait un lieu d’intégration de ses recherches philosophiques et artistiques).

Épilogue plusieurs.

L’intelligence en chaque chose créée ou arrangée, diverse, depuis un lyrisme du temps, de soi, de l’autre, et la maîtrise des registres partagés tant sonores que visuels, dans un monde où le son est devenu la proie de l’image : cette conscience, dite culture, dans le miroir des êtres qui ont choisi d’en transformer leur chair pour accomplir leur citoyenneté publique, elle est peut-être en train de nous déserter. L’éducation réduite à l’information binaire aux fins d’absorber la critique ignore la complexité, accélérant le temps de l’ordre et de la réponse, au fur et à mesure que de telles personnalités pragmatiques des arts media populaires, émergentes du mouvement Punk, qui exécuta la fin de la post-modernité en l’excédant par des actes singularisés, disparaissent. Même si, comme le faisait remarquer un correspondant de Elli Medeiros sur Facebook, "Longtemps, longtemps, longtemps, après que les poètes ont disparu, leurs chansons courent encore dans les rues..."

Là, je pense autant à un artiste autrement engagé tel Joe Strummer de The Clash, dans la tourmente populaire de l’Angleterre Thatchérienne, que les Stinky Toys avaient rencontré en même temps que les Sex Pistols, dont le manager les avait choisis pour représenter les français, dans le cadre du Festival Punk des 100 clubs à Londres, en 1976. Les trois groupes à la Une de l’affiche (Jacno l’évoque dans l’interview de RFI en 2006). Strummer, mort aussi d’un cancer, en 2002... Alors, Stinky Toys à la culture délocalisée faisaient la une de l’hebdomadaire Melody Maker. Mais ce qui compte encore est ce que chacun d’eux transformé en a produit ensuite, intégré par les générations en mutation, "de 7 à 77 ans", qui en décrétèrent leurs viatiques.

Bye Bye, Denis...

Rectangle


http://www.youtube.com/watch?v=3fTe0xaJ6Ac
(clip pour une émission TV — Chorus (antenne 2) ? — le 9 avril 1980)

LP Jacno, 1979

Triangle


http://www.youtube.com/watch?v=4d8CmUYKoAc

LP Jacno, 1979

Cercle


http://www.youtube.com/watch?v=5qmoMZqdacw

LP Jacno, 1979

Dédicace de l’astérisque inter-titre spécial pour mémoire de Losange (introuvable sur Internet mais ce n’est qu’un quadrilatère particulier qui ne fera donc pas défaut à l’évocation de Rectangle).

LP Jacno, 1979

Merci aux internautes éditeurs, spécialistes, amateurs, ou amis, dans les agrégateurs collectifs qui ont permis de requérir les chansons de 1985 jusqu’ici inédites sur le web Tant de baisers perdus et Tic, tac j’débloque et l’extrait du clip documentaire de l’émission TV sur le Single Rectangle, ainsi que les autres pièces musicales du premier album solo Jacno dont il est extrait, majoritairement instrumental (excepté une chanson écrite et chantée par Elli) :

A1 Rectangle
A2 Anne Cherchait L’Amour
Vocals : Elli Medeiros
Lyrics by Elli Medeiros
A3 Triangle
B1 Losange
B2 Cercle
B3 Anne Cherchait L’Amour (Instrumental)

3 versions datées en 1979 :
Jacno (LP) Celluloid CEL 2-6547
Jacno (LP) Dorian DOR 6001
Jacno (LP) Ariola, Celluloid

Un Single Dorian /Celluloïd en 1980 (?)
CEL 1 - 6201
Durée 3’ 38’’

Le Single Néerlandais :

Jacno - Rectangle. Label : Ariola Benelux. Catalog : 102.435
Format : Vinyl, 7", Single
Country : Netherlands. Released : 1980. Genre : Electronic. Style : Synth-pop
. Tracklist :
— A / Rectangle
— B / Anne Cherchait L’amour
Vocals, Written-By - Elli Medeiros
Credits : Producer, Written-By - Jacno
Notes : (P)1980 Ariola Benelux B.V.
STEMRA