La Revue des Ressources
Accueil du site > Masse critique > Cinémas et Arts média > In Situ un webdocumentaire d’Antoine Viviani

In Situ un webdocumentaire d’Antoine Viviani 

mercredi 14 mars 2012, par Rédaction

Ici des danseurs dans le métro, là géants des rues, architectes fous, un homme suspendu à un mur, un autre qui danse avec une pelleteuse… le tout filmé avec sensibilité, avec en plus une mise en scène sonore belle et construite, cela donne In Situ, un incroyable webdocumentaire, en ligne depuis plus de 6 mois et qu’on vient enfin de découvrir à la RdR.

On nous prévient :"La ville est de plus en plus saturée d’informations, de bruits, de confusion ; elle est souvent synonyme de solitude et d’exclusion... Et nous dans tout ça  ? Et si on décidait d’arrêter le temps ? De faire place à l’intervention d’artistes qui transforment notre espace urbain et provoquent notre regard  ? Qu’est-ce qui nous interpelle et nous questionne encore  ? Quel est notre rapport à notre cadre de vie  ? Quelle est aujourd’hui la place de l’art et des artistes dans la ville  ?"

Pour répondre à ces questions, Antoine Viviani, l’auteur et réalisateur de In situ, est allé filmer des performances artistiques dans toute l’Europe  : Johan Lorbeer suspendu en pleine rue à Toulon, les géants du Royal de Luxe à Anvers, un concert grandeur nature à Marbella, un couple de danseurs à Marseille… Et il a ramené un film (88mn) d’une grande beauté en forme de dérive psychogéographique.

Dériver, c’est renoncer aux raisons de se déplacer et d’agir, aux relations habituelles, aux travaux et aux loisirs qui nous sont propres, pour se laisser aller aux sollicitations du terrain et des rencontres qui naissent de la route et du mouvement lui-même. L’errance est un terme à la fois explicite et vague, ordinairement associée au mouvement, et singulièrement à la marche, à l’idée d’égarement, à la perte de soi-même. Pourtant l’errance a comme problème principal celui du lieu acceptable, du lieu ou l’on pourrait enfin se poser. On part sur les routes à la recherche de quelque chose, d’un espace intermédiaire, d’un temps flottant où l’errant s’interroge aussi bien sur le passé que sur son futur proche.

Pas de "paysages" à cette dérive si ce n’est ceux des non-lieux de la modernité pour y trouver des îlots d’invention. Les lieux semblent se ressembler de plus en plus, tout est partout en même temps et la singularité semble s’effacer au profit d’une globalisation de tous les lieux. Pourtant en y regardant de plus près, en cherchant de l’autre côté du miroir, c’est tout un monde souterrain et caché qui se dévoile.

Ce film est comme un rêve et son interactivité nous pousse à rêver. Pas de spectateur joueur, non, juste une expérience sonore, visuelle et interactive. Ici dans le métro on entend les songes des passagers, là on écoute les bruits de la ville au petit matin. Ce webdocumentaire en forme de songe est découvrir à tout prix.

QUelques intervenants :

jeAn-luc courcoult  : créateur de la compagnie de théâtre de rue Royal de Luxe. ses fameux géants racontent des histoires à des villes entières et reconquièrent l’espace urbain grâce l’art et au merveilleux.

johAn lorbeer  : artiste allemand devenu célèbre grâce à une incroyable performance intitulée «  Tarzan  » qui sidère les spectateurs en défiant la
gravité…

llorenç bArber  : compositeur et sonneur de cloches, qui a fait sonner des
villes entières à travers le monde.

les souffleurs  : commando poétique qui propose une métaphore du
flux informatif anonyme de la cité, en chuchotant, à l’aide de
cannes creuses, des secrets aux oreilles des passants.

bernArd stiegler  : philosophe, qui a beaucoup écrit sur les notions d’espace
public et sur l’attention des passants par rapport à l’art.

Zevs  : artiste issu du milieu du graff. C’est le tissu urbain qui constitue sa toile de fond. ses interventions anonymes et sauvages sont hors-normes et drôles au point de devenir des objets d’études.

pAul Ardenne  : historien et critique d’art, il s’intéresse précisément aux questions de résonance de l’art dans le réel et l’espace urbain.

ex nihilo  : couple de danseurs qui intègre le mouvement de la ville et l’immensité de son espace à travers leurs chorégraphies dans les lieux publics.

lA compAgnie beAugeste  : produit Transports Extraordinaires, un
spectacle en plein air qui met en scène un véritable ballet entre un danseur et une pelleteuse.

nogo voyAges  : collectif d’artistes travaillant sur le thème du voyage et sur les périphéries urbaines.

philippe vAsset  : journaliste et écrivain français, il cherche à ouvrir de nouvelles perspectives à la géographie en s’intéressant
particulièrement aux zones blanches, ces lieux indéterminés et vides sur les cartes des villes.

AlAin dAmAsio  : écrivain français de science-fiction. ses réflexions sur la ville offrent un point de vue différent et original sur le sujet.

grAffiti reseArch lAb (g. r. l.)  : collectif d’artistes qui évolue au croisement de la culture du «  libre  », des pratiques collaboratives et de la culture hip-hop. ils transposent les technologies «  open source  » (logiciels libres) aux murs
et rues de la ville pour les réinvestir de manière ludique.

subtle mobs  : nouvelle forme de rassemblement qui invite à la redécouverte de l’espace public grâce à un parcours sonore.


In Situ : entretien multimédia avec Antoine... par Leblogdocumentaire

P.-S.

En ligne sur arte.tv, In Situ est également disponible sur Iphone et Ipad. Vous pourrez directement prendre des photos et envoyer vos films via votre Iphone ou Ipad : ils seront automatiquement localisés et ajoutés sur la carte psychogéographique de l’oeuvre.

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter