La Revue des Ressources
Accueil > Création > Récits > Carte postale de Gaza

Carte postale de Gaza 

Août 2017

dimanche 6 août 2017, par Huda Abdelrahman al-Sadi

Il y a trois ans, nous attendions anxieusement les mots de nos amis signalant qu’ils poursuivaient de survivre sous les bombes. Aujourd’hui, rien ou presque n’a été reconstruit. L’embargo israélien frappe aussi les matériaux de construction, les bombardements sporadiques se poursuivent ainsi que les assassinats par balle des jeunes gens par des militaires de Tsahal dans le nord de le Bande de Gaza, tandis que l’Autorité palestinienne cherchant à sanctionner le Hamas ne transmet plus les fonds légitimes nécessaires à l’administration publique, en sorte qu’une grande partie de la population n’a plus accès à recevoir le salaire intégral de son travail depuis plusieurs mois, parmi laquelle le corps pédagogique et notamment universitaire qui ce mois-ci ne touche que 10% de ce qui devrait lui permettre de vivre. Gaza n’a plus d’eau courante potable, n’a plus d’électricité publique. L’infrastructure technique étant paralysée n’est plus en mesure d’épurer les eaux usées ni de traiter les ordures stockées dont les effets s’acheminent vers la mer ou contaminent les sols. Les eaux-vannes ont envahi le rivage de Gaza et par mesure de salubrité publique, la plage est interdite depuis une semaine. Il y a là des gens qui vivent en pleine canicule, sensibles, fragiles, résistants, lassés, indemnes, infirmes, handicapés, mais tous démunis de tout, qui ne parviennent même plus à écrire, à penser, y compris concernant les plus brillants d’entre eux : tous sont étouffés ; ils comptent les années d’incarcération dans le plus vaste camp de rétention du monde. L’endroit le plus peuplé du monde, avec le paradoxe qu’il soit l’objet de valeur de toutes les intrigues de l’extérieur, à cause du potentiel révélé récemment de ses ressources offshore auxquelles il n’a pas accès, est aussi le plus oublié du monde : Bande de Gaza. Un brasier. Huda Abdelrahman Al-Sadi, Ziad Medoukh, Haidar Eid, si différents entre vous, comme nous pensons à vous ensemble et de tout notre cœur ! A Huda, notre respect et notre espoir pour tous. (L.D.)


Je suis les actualités sur la Palestine exactement comme une étrangère
Même un étranger ici possède plus de droits que moi en tant que Palestinienne
Au moins il peut entrer en Palestine en tant que touriste
Il peut voir cette beauté incarnée dans ses montagnes, ses bâtiments anciens, ses oliviers, ses habitants et surtout les plus âgés d’entre eux, qui ont vécu toute l’histoire de la Palestine — « la paix et la guerre », « le beau et le moche »
Cet étranger peut simplement respirer l’air Palestinien rempli de courage, rempli de cette envie de vivre malgré tout
Cet étranger peut aller vers nos villages et nos maisons auxquels nous n’avons pas accès
Les villages des quels nos grands père ont été expulsés
Cet étranger est autorisé à goûter le pain de Jérusalem, l’orange de Jaffa, les fraises d’Hébron
Il peut tout simplement s’amuser sur la plage de Jaffa, il peut tout simplement contempler la beauté de Haiffa
Il peut prendre une photo à côté de la mosquée Al-Aqsa , ou de l’église de la Nativité
Cet étranger peut simplement avoir une conversation avec un Palestinien de Cisjordanie
Cet étranger peut faire tout ce que je ne peux pas faire en tant que Palestinienne
Cet étranger a de la chance d’être étranger et de voir mon pays
Si j’étais une étrangère je pourrais avoir la même chance que lui
Mais malheureusement je suis née réfugiée dans mon pays et sur ma terre
Aujourd’hui, comme une étrangère j’apprends la mort d’un enfant Palestinien de 17 ans, il vient juste d’avoir son bac
Je suis sûre qu’il a dessiné tant de rêves à réaliser mais la réalité de la certitude c’est qu’il n’en réalisera aucun !
Au moins, il a tenté d’éprouver le sentiment du succès
Un peu de joie avant sa mort ! Un peu de joie dans un monde injuste
Vous savez, c’est vraiment difficile de supporter l’injustice depuis la naissance
Parfois il arrive un moment où vous voulez vraiment que tout cela s’arrête
Que le temps s’arrête, tout simplement parce que vous n’avez plus la force de continuer à supporter l’injustice
L’injustice, je n’aime pas ce mot, je n’aime pas l’écrire, je déteste le prononcer
Et je ne souhaite pas que vous viviez l’injustice !
Nous les Palestiniens, nous sommes nés au sein de l’injustice, je répète que c’est difficile de vivre ce sentiment, mais il est advenu dans notre quotidien depuis longtemps
Donc, nous savons comment nous y adapter
Tout cela est passager je sais
Je garde toujours l’espoir et reste toujours le reflet de l’optimisme ♡
Je vous souhaite une vie pleine de justice et de paix

HUDA


À Gaza, le 21 juillet 2017


Source FB Huda Abdelrahman al-Sadi

P.-S.



En logo, une photo © 2014-2017 Kinnori1204, citation de son travail publié dans le site Deviant Art #FreedomForPalestine


— L’index des publications de Huda Abdelrahman al-Sadi, dans La RdR.

— « À l’école de Gaza », un sommaire thématique de la RdR (août-septembre 2014).

— Haidar Eid et Ayah Abubasheer, « Gaza is Headed for a Deeper Political and Humanitarian Crisis » (voir la version française dans le site Agence Media Palestine, « Gaza est conduite vers une crise politique et humanitaire plus profonde ») al-Shabaka The Palestinian Policy Network, 13 juillet 2017.

—  Actualité des chroniques et des poèmes de Ziad Medoukh, Palestine Solidarité, parmi lesquels sa chronique du 3 août 2017 sur la plage de Gaza : « Sur la pollution de la mer à Gaza » (vidéo) .


Mahmoud Senadji « Gaza, le crépuscule des Lumières », Islamweb (19 janvier 2009) - pour mémoire des débats au moment de la première lourde agression contre Gaza.

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter