La Revue des Ressources
Accueil > Restitutio > Joris-Karl Huysmans

Joris-Karl Huysmans

Dernier ajout : 19 octobre 2013.

Huysmans naît au no 11 (actuel 9) de la rue Suger dans le VIe arrondissement de Paris, d’un père néerlandais du nom de Godfried Huysmans, litographe de profession et d’une mère française, Malvina Badin, maîtresse d’école. Il passe toute son enfance dans cette maison. Il fit toute sa carrière au ministère de l’Intérieur, où il entra en 1866. En tant que romancier et critique d’art, il prit une part active à la vie littéraire et artistique française dans le dernier quart du xixe siècle siècle et jusqu’à sa mort, en 1907.

Défenseur du naturalisme à ses débuts, il rompit avec l’école littéraire créée par Émile Zola pour explorer les possibilités nouvelles offertes par le symbolisme et devint le principal représentant de l’esthétique fin de siècle. Dans la dernière partie de sa vie, il se convertit au catholicisme et renoua avec la tradition de la littérature mystique et fut ami de l’abbé Mugnier.
Par son œuvre de critique d’art, il contribua à lancer en France la peinture impressionniste comme le mouvement du symbolisme et permit au public de redécouvrir l’œuvre des artistes primitifs.

En 1874, Huysmans fait paraître à compte d’auteur un premier recueil de poèmes en prose intitulé Le Drageoir aux épices. Il s’agit d’un mélange hétéroclite de pièces de prose poétique, où l’auteur rend hommage aux peintres hollandais et flamands (Rembrandt, Rubens, Adriaen Brouwer, Adriaen van Ostade, Cornélius Béga…) et à la poésie de François Villon. Si cette œuvre de jeunesse laisse encore deviner l’influence marquée du romantisme – Gaspard de la Nuit d’Aloysius Bertrand – ou de la poésie moderne – les Petits poèmes en prose de Baudelaire –, elle témoigne cependant déjà d’un véritable talent d’écrivain réaliste et d’un intérêt marqué pour l’esthétique naturaliste développée à la même époque par Émile Zola.

En 1876, Huysmans publie son premier roman, d’inspiration ouvertement naturaliste, Marthe, histoire d’une fille, qui a pour thème la vie et les déboires d’une jeune parisienne contrainte par une société cupide et sans scrupules à aller jusqu’à se prostituer pour survivre. Craignant la censure qui sévit alors en France, Huysmans fit d’abord éditer ce roman à Bruxelles.
La même année, il se lie d’amitié avec Émile Zola, dont il prend ouvertement la défense dans un vibrant article consacré à son dernier roman, L’Assommoir. Cet article restera dans l’histoire de la littérature comme un des tout premiers manifestes en faveur du naturalisme.
Son deuxième roman, Les Sœurs Vatard, qui suit également la veine naturaliste, paraît en 1879, accompagné d’une dédicace à Zola, qu’il reconnaît comme son maître en littérature.
Dès lors, Huysmans appartient au petit groupe des jeunes écrivains reçus par Zola dans sa villa de Médan. Il y fréquente Guy de Maupassant, Léon Hennique, Henry Céard, avec lesquels il collabore, en 1880, à la publication, sous l’égide de Zola, du recueil collectif de nouvelles naturalistes intitulé Les Soirées de Médan, dans lequel il insère Sac au dos, un récit ironique et antipatriotique de son expérience de civil mobilisé durant la Guerre de 1870.

En ménage, roman publié l’année suivante, et surtout À vau-l’eau, une longue nouvelle parue en 1882, peignent les existences ternes et sans saveur d’anti-héros usés par « cette vie moderne atroce », et dont les idées noires sont imbibées des préceptes pessimistes de Schopenhauer.

Huysmans gardera de cette période une puissance d’évocation exceptionnelle dans ses descriptions architecturales, comme le Cycle de Durtal en témoigne dans les nombreuses pages consacrées aux édifices religieux.

En publiant À rebours en 1884, Huysmans rompt brutalement avec l’esthétique naturaliste. Les « tendances vers l’artifice3 » de son héros des Esseintes, son rejet de la modernité, ses goûts décadents, ses manières de dandy excentrique et ses caprices d’esthète enthousiasmeront les lecteurs et en particulier la « jeunesse artiste4 » qui se reconnut dans l’esthétique fin de siècle créée par Huysmans, lequel avait su faire la synthèse des influences morbides de Baudelaire ou d’Edgar Poe, des propensions au rêve exprimées par les poèmes de Stéphane Mallarmé ou les tableaux de Gustave Moreau, et du réalisme exigeant des œuvres de la littérature latine de l’époque de la décadence romaine.

Roman total intégrant au cœur de la narration romanesque des réflexions sur l’art et la littérature, ’’À rebours’’ reste une œuvre à part dans l’histoire de la littérature et une expérience romanesque jamais réitérée par son auteur. En cherchant à ouvrir, par ce roman, une voie nouvelle dans la littérature pour échapper à l’impasse du naturalisme, Huysmans en vient à s’interroger personnellement sur la question de la foi. En effet, le roman se terminait sur ces mots : « Seigneur, prenez pitié du chrétien qui doute, de l’incrédule qui voudrait croire, du forçat de la vie qui s’embarque seul, dans la nuit, sous un firmament que n’éclairent plus les consolants fanaux du vieil espoir ! »

Estimant qu’un roman, pour intéresser le lecteur, doit mêler à la narration des « documents avérés », Huysmans entreprend, dans Là-bas (1891), d’étudier le phénomène du satanisme en partant du cas historique de Gilles de Rais et en poursuivant son sujet jusque dans ses manifestations contemporaines. Il se documente en assistant à une messe noire, fréquente les milieux ésotériques, s’initie à la kabbale et se plonge dans l’étude du symbolisme et de l’occultisme.

  • La victoire des Sans Roi [bonnes feuilles]

    30 août, par Pacôme Thiellement
    La victoire des Sans Roi Révolution gnostique Table Jésus le raté ....................................................................... 9 La Race Sans Roi (...)
  • Le feu

    19 août, par Didier Lestrade
    Il y a un an exactement, jour pour jour, j’ai accidentellement mis le feu à un hectare de sous-bois et c’est une des raisons pour lesquelles je n’ai pas écrit sur ce blog depuis longtemps. Je me considère assez (...)
  • Aux vibrations vivantes, à Jean-Paul Curnier

    8 août, par Aliette G. Certhoux
    Jean-Paul Curnier est mort le 5 août 2017. Inhumé le 8 août au cimetière d’Arles. Sa disparition serait une catastrophe mais il ne disparaîtra pas. Son œuvre prolifique dit que sa vie posthume en correspondances (...)
  • Albania, Albania ! (V. Epilogue)

    25 août, par Tieri Briet
    Ne pleure pas sur la Grèce, — quand on croit qu’elle va fléchir, le couteau contre l’os et la corde au cou, La voici de nouveau qui s’élance, impétueuse et sauvage, pour harponner la bête avec le trident du (...)
  • Albania, Albania ! (IV. de Mostar à Paris)

    24 août, par Tieri Briet
    Ne pleure pas sur la Grèce, — quand on croit qu’elle va fléchir, le couteau contre l’os et la corde au cou, La voici de nouveau qui s’élance, impétueuse et sauvage, pour harponner la bête avec le trident du (...)
  • Albania, Albania ! (III. de Dubrovnik à Sarajevo)

    17 août, par Tieri Briet
    Ne pleure pas sur la Grèce, — quand on croit qu’elle va fléchir, le couteau contre l’os et la corde au cou, La voici de nouveau qui s’élance, impétueuse et sauvage, pour harponner la bête avec le trident du (...)
  • Le Feu nucléaire — feu le nucléaire ?

    6 août, par Régis Poulet
    Depuis plusieurs années, même des généraux comme Vincent Desportes ou Bernard Norlain estiment que non seulement la place de la France dans le monde ne dépend pas de sa capacité de dissuasion nucléaire, mais ils (...)
  • Randonnée et dérive

    5 juin, par Bruno Lemoine
    « Et les pionniers se sont égarés comme Hansel et Gretel dans la forêt. » Le Consul, Ralph Rumney « Entrer en existence effective exige l’éruption explosive d’éléments éternellement établis dans l’être élevé (...)
  • La structure psychologique du fascisme selon Bataille – suivi de quelques (...)

    29 avril, par Régis Poulet
    A la manifestation des forces hétérogènes dans le champ politique sous la forme fasciste, c’est-à-dire au constat de l’insuffisance de l’homogène pour l’homme, donc de la nécessité de l’incommensurable, de (...)
  • Théorie de la dérive

    20 février, par Guy Debord
    Entre les divers procédés situationnistes, la dérive se définit comme une technique du passage hâtif à travers des ambiances variées. Le concept de dérive est indissolublement lié à la reconnaissance d’effets de (...)
  • Paul Nizan - La Conspiration (I)

    4 décembre 2015, par Paul Nizan
    Dans le cadre de la dissémination de la webassociation des auteurs sur l’état d’urgence, la Revue des ressources propose ce texte. Paul-Yves Nizan est né le 7 février 1905 à Tours et tué le 23 mai 1940 à (...)
  • L’Amour de la vie

    10 janvier 2014, par Jack London
    Alors qu’ils descendaient le long de la berge en boitant douloureusement, l’homme qui marchait le premier chancela soudain parmi les rochers. Tous deux étaient fatigués et faibles ; leurs visages contractés (...)
  • Faites un don de votre choix à la Revue des ressources

    1er février 2013, par Rédaction
    La revue des ressources est une revue électronique en temps réel sur Internet, indépendante (associative et autofinancée) et d’accès gratuit, créée en 1998. En faisant un don à la Revue des ressources vous lui (...)
  • Ours de la RdR

    1er janvier 2012, par Contact
    Adresse postale : Editions des ressources - La revue des ressources Bambois, 68650 Lapoutroie - France. *** Directeur de publication Robin Hunzinger hunzinger (a) ressources.org *** (...)
  • Proposer un texte, un son, une vidéo à la RdR

    avril 2007, par Rédaction
    Si vous désirez proposer vos textes, merci de les envoyer au comité de lecture de la revue des ressources en .DOC ou .RTF avec une courte biographie et bibliographie, à l’adresse suivante : comité de (...)
© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter