La Revue des Ressources
Accueil > Réécrire les histoires européennes Soirée débat proposée dans le cadre de (...)

Réécrire les histoires européennes Soirée débat proposée dans le cadre de La Fête du Livre et des Cultures Italiennes organisée par Leggere per

dimanche 7 février 2010 (Date de rédaction antérieure : 25 septembre 2017).

Dimanche 7 février 2010 à 19h

L’implosion des idéologies au tournant des années 1990 serait-il un commencement de l’histoire ? Les enjeux de la commémoration et la crispation institutionnelle autour des lieux de mémoire en pourraient bien être le signe, en Italie comme en France, quand le regard historique, lui, a gagné en liberté comme en réactivité. Au travers de cette rencontre, dont la problématique est inspirée par les numéros 101 et 102 de Lettera internazionale, il s’agit d’apporter un certain nombre d’éclairages sur des tournants méconnus ou partiellement analysés de l’histoire européenne, de montrer ce que pourrait être une histoire-mouvement face à la tentation d’une mémoire immobile.

Nous ouvrirons le débat avec Biancamaria Bruno, directrice de Lettera internazionale. Maurizio Gribaudi, historien italien spécialiste de l’histoire sociale et politique du dix-neuvième siècle français, nous donnera son point de vue sur les zones d’ombre et les nombreux refoulements présents dans l’histoire de la France contemporaine. Marie-Anne Matard-Bonucci, historienne française spécialiste du fascisme italien, évoquera quelques points d’occultation autour de la poltique raciale du régime fasciste et de la république de Salò. Massimo Barone nous redonnera ensuite quelques éléments majeurs et occultés dans l’histoire des années de plomb. Eugen Bavčar nous fera part de son expérience berlinoise, dans une ville-creuset de toutes les déchirures du siècle, et de son expérience de métèque de la mémoire. Enfin nous demanderons à Marcel Cohen, de nous donner sa définition de la Shoah, une histoire qui, selon lui, déborde le cadre de la seconde guerre mondial et du génocide juif.

Le débat sera suivi de la projection du documentaire d’André Waksman La Shoah, le temps d’un répit, 2009, 56mn.

En 1943, le temps d’un été, de nombreux Juifs venus de toute l’Europe ont trouvé refuge à Saint Martin Vésubie, dans la zone d’occupation italienne. C’est ce constat insolite – une armée d’occupation qui protège une population occupée - qui a donné envie à André Waksman d’interroger témoins et historiens sur les raisons de gestes individuels et collectifs qui, à titre personnel, lui ont sauvé la vie. Dans ce documentaire, interviennent des historiens majeurs, comme Robert Paxton, Marie-Anne Matard-Bonucci et Davide Rodogno, qui œuvrent pour une lecture plus juste des responsabilités, en France et en Italie, dans les événements qui ont précédé et accompagné la seconde guerre mondiale.

Biancamaria Bruno

est linguiste, essayiste, et traductrice de l’anglais, du français et de l’espagnol. Elle collabore depuis 1986 à Lettera internazionale dont elle assure aujourd’hui la direction. Elle est en outre vice-présidente du CRIC, Coordinamento delle Riviste Italiane di Cultura.

Evgen Bavčar

est né en Slovénie. Il vit à Paris. Chercheur au CNRS, il est écrivain et photographe. Il a publié un livre majeur sur la photographie, Le Voyeur absolu (Paris, Le Seuil, Fictions et cie, 1992) et collabore à la revue Lettera internationale. Evgen Bavcar est aveugle depuis l’âge de 12 ans.

Marcel Cohen

est journaliste, critique et écrivain. Avec Faits I et Faits II (Paris, Gallimard, 2002-2007), il a pris radicalement ses distances avec la fiction, faisant sienne cette phrase de Walter Benjamin : “Je n’ai rien à dire, seulement à montrer.” Il collabore à la revue Lettera internazionale.

Maurizio Gribaudi

est directeur d’études à l’EHESS. Historien, il travaille sur l’histoire de la société française du 19e siècle. Il a récemment publié, avec Michèle Riot-Sarcey, un ouvrage consacré aux événements, tragiques et refoulés, de juin 1848 : 1848, La Révolution oubliée (Paris, La Découverte, 2008, et 2009 en poche).

Marie-Anne Matard-Bonucci

est professeure d’histoire contemporaine à l’Université de Grenoble II, elle codirige le GRIC (Groupe de Recherche sur l’Histoire de l’Italie contemporaine) au Centre d’histoire de Sciences Po. On lui doit, entre autres choses, une Histoire de la mafia (Bruxelles, Complexe, 1994) et L’Italie fasciste et la persécution des juifs (Paris, Perrin, 2007).

Massimo Barone

est né et vit à Rome. Écrivain, il est notamment l’auteur d’un roman très remarqué en Italie, Il console Stendhal (Roma, Avagliano, 2008). Il a collaboré à l’ouvrage dirigé par Carlo Bordini et Andrea di Consoli, Renault 4, scrittori a Roma prima della morte di Moro (Roma, Avagliano, 2007).

La table ronde sera présentée par Olivier Favier, traducteur littéraire de l’italien. Il prépare un livre sur les Lieux de l’oubli en France (Paris, La fabrique, à paraître fin 2010).

La Fête du Livre et des Cultures Italiennes organisée par Leggere per

Espace d’animation des blancs-manteaux
48, rue Vieille du Temple 75 004 Paris
Métro Rambuteau (ligne11) ou Saint-Paul (ligne 1)

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter