La Revue des Ressources
Accueil > Hommage à Mahmoud Darwish, poète sans frontières, militant du droit à (...)

Hommage à Mahmoud Darwish, poète sans frontières, militant du droit à l’absurde

septembre 2008 (Date de rédaction antérieure : 20 août 2017).

Hommage à Mahmoud Darwish

Poète sans frontières, militant du droit à l’absurde

Vendredi 26 septembre 2008 à 20h30

« L’autre jour, je donnais une conférence sur l’engagement et la poésie à Nazareth, en Galilée, ma région natale. J’ai attaqué, une fois de plus, cette idée d’une “poésie nationale”, patriotique, à laquelle nous, Palestiniens, serions condamnés. Non, les roses ne symbolisent pas forcément les blessures des martyrs. J’ai dit tout cela un soir, et le lendemain matin Ariel Sharon, en visitant ostensiblement l’esplanade des Mosquées, à Jérusalem, donnait le point de départ de l’embrasement que l’on connaît. La réalité a fait sa propre conférence... ».

Mahmoud Darwich à Télérama, 18 octobre 2000

La librairie Ishtar organise, un hommage à Mahmoud Darwish décédé à Huston le 9 août 2008. D’abord cantonné à une image réductrice de « poète national palestinien », ce n’est que tardivement qu’il est reconnu comme une figure emblématique de la littérature arabe contemporaine. Né en 1941 en Galilée, il vit clandestinement en Israël après 1948. A l’âge de 19 ans, il publie son premier recueil qui ne tardera pas à être reconnu. Engagé, il adhère au Parti Communiste d’Israël en 1961 et plusieurs passages en prison lui font payer le prix de ses convictions et confirment en lui la volonté de se démarquer à travers ses écrits de toute forme de militantisme et d’affirmer son indépendance d’esprit. Voyageur par choix ou exilé par contrainte, il part à Moscou en 1970 pour étudier l’économie politique puis participe à la rédaction de nombreux journaux en Egypte et au Liban où il rejoint l’OLP. En 1981, il crée et dirige son propre journal, Al Karmel. Après le siège de Beyrouth, il reprend le chemin de l’exil en Egypte, en Tunisie, en France. En opposition avec les accords d’Oslo, il quitte l’OLP en 1993. Deux ans plus tard il est autorisé à se rendre en Palestine et assiste aux obsèques d’Emile Habibi son alter ego dans le traitement littéraire de l’absurde et dénonciateur, lui aussi, de la martyrologie guerrière qui réduit les conflits à la loi du talion. Il s’installe définitivement à Ramallah.

PROGRAMME

Vendredi 26 septembre 2008 à 20h30

* Lectures de poèmes choisis en arabe et en français par Antonia Hayward & Samir Cheikh

* Intermèdes musicaux par Javid Yahazaded au ney & Jérôme Cormier au daf

Du 26 septembre au 9 octobre 2008

* Exposition : Chantal Viaud répond avec son pinceau à la plume de Darwish

Espace Ishtar

10 rue du cardinal Lemoine

75005 Paris

01 43 29 33 08 - postmaster@espace-ishtar.fr

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter