La Revue des Ressources
Accueil du site > Masse critique > Hacktivisme/activisme > Manifeste Crypto-Anarchiste

Manifeste Crypto-Anarchiste 

vendredi 4 mai 2012, par Timothy C. May

Tim May fut un important contributeur de la mailing-list Cypherpunks et écrivit beaucoup sur la cryptographie et la confidentialité dans les années 1990. Il écrivit un manifeste Cypherpunk : the Cyphernomicon dont l’essai True Nyms and Crypto Anarchy connu une certaine popularité.

Son essai, est, comme son nom l’indique, une déclaration d’orientation libertaire, souhaitant attirer l’attention des anarchistes traditionnels sur les possibilités offertes par les technologies informatiques. Le manifeste avance que « la crypto-anarchie permettra de faire circuler librement les secrets nationaux et de vendre des matériaux illicites ou volés », et que « les méthodes cryptologiques altèreront fondamentalement la nature de l’interférence du gouvernement et des grandes sociétés dans les transactions économiques ». L’idée est d’utiliser l’encryptage sur le réseau d’échange mondial, d’anonymiser les discussions privées, de tout diffuser à tout le monde, et de démanteler « le fil de fer barbelé qui entoure la propriété intellectuelle ». Par là, le hacking devient l’activité cyberpunk par excellence.

Un spectre hante le monde moderne, le spectre du crypto-anarchisme.

L’informatique est sur le point de fournir la capacité aux individus et aux groupes de communiquer et interagir entre eux d’une façon totalement anonyme. Deux personnes pourront échanger des messages, faire des affaires et négocier des contrats électroniques sans jamais connaître le Véritable Nom, ou l’identité légale, de l’autre. Les interactions à travers les réseaux seront intraçables, grâce au reroutage intensif de paquets encryptés et à l’utilisation de boîtiers hardwares inviolables implémentant des protocoles cryptographiques assurant une presque parfaite protection contre toute forme d’altération. La réputation sera d’une importance centrale, bien plus importante en affaire que les notations financière actuelles. Ces développements altéreront complètement la nature de la régulation gouvernementale, sa capacité à taxer, à contrôler les interactions économiques et à garder les informations secrètes et pourront peut-être même modifier les fondements de la confiance et de la réputation.

Les technologies pour cette révolution, qui sera sûrement à la fois sociale et économique, ont existé en théorie pendant la dernière décennie. Les méthodes sont basées sur de l’encryption par clef publique, des systèmes de preuves à divulgation nulle de connaissance (ZKIP) et une variété de protocoles pour l’interaction, l’authentification et la vérification. Le centre d’attention est pour l’instant porté sur des conférences académiques en Europe et aux USA, conférences surveillées de près par la National Security Agency. Mais c’est uniquement récemment que les réseaux informatiques et les ordinateurs personnels ont atteint une vitesse suffisante pour rendre ces idées réalisables. Et la prochaine décennie va apporter suffisamment de vitesse supplémentaire pour rendre ces idées économiquement réalisables et surtout instoppables. Les réseaux à haute vitesse, le RNIS, les boîtiers hardwares non altérables, les cartes à puce, les satellites, les émetteurs à bande Ku, les micro-ordinateurs à multi-processeurs de type MIPS et les puces à encryption qui sont actuellement en cours de développement seront une partie des technologies aidant à la réalisation de ces idées.

L’Etat va bien entendu essayer de ralentir ou d’arrêter la propagation de ces technologies, en invoquant la sécurité nationale, leur utilisation par des dealers et des fraudeurs et la peur d’une désintégration sociale. La plupart de ces inquiétudes sont légitimes ; le crypto-anarchisme permettra la vente libre de secrets nationaux et de biens illicites ou volées. Un marché électronique anonyme pourrait même rendre possible de détestables foires aux assassinats et aux extorsions. Divers criminels et étrangers seront des utilisateurs actifs de CryptoNet. Mais cela n’interrompra pas la diffusion du crypto-anarchisme.

De la même manière que l’imprimerie a modifié et réduit le pouvoir des guildes moyenâgeuses et la structure du pouvoir social, les méthodes cryptographiques vont affecter fondamentalement la nature de l’influence des gouvernements et des corporations sur les transactions économiques. Combiné à l’émergence de bourses de l’information, le crypto-anarchisme va créer un marché liquide pour toutes les matières qui peuvent être mises en mots et en images. Et à l’instar de l’invention, en apparence mineure, des fils barbelés qui ont permis l’apparition de vastes ranchs et fermes, ce qui a modifié à jamais les concepts de terres et de droits de propriété aux frontières de l’Ouest, la découverte d’une branche obscures des mathématiques serra la pince qui coupera les barbelés autour de la propriété intellectuelle.

Levez-vous, vous n’avez rien à perdre à part vos propres barrières !

From : tcmay@netcom.com (Timothy C. May)
Subject : The Crypto Anarchist Manifesto
Date : Sun, 22 Nov 92 12:11:24 PST
Cypherpunks of the World,
Several of you at the "physical Cypherpunks" gathering yesterday in Silicon Valley requested that more of the material passed out in meetings be available electronically to the entire readership of the Cypherpunks list, spooks, eavesdroppers, and all.

Here’s the "Crypto Anarchist Manifesto" I read at the September 1992 founding meeting. It dates back to mid-1988 and was distributed to some like-minded techno-anarchists at the "Crypto ’88" conference and then again at the "Hackers Conference" that year. I later gave talks at Hackers on this in 1989 and 1990.

There are a few things I’d change, but for historical reasons I’ll just leave it as is. Some of the terms may be unfamiliar to you...I hope the Crypto Glossary I just distributed will help.

(This should explain all those cryptic terms in my .signature !)

— Tim May

...................................................

The Crypto Anarchist Manifesto

Timothy C. May
A specter is haunting the modern world, the specter of crypto anarchy.

Computer technology is on the verge of providing the ability for individuals and groups to communicate and interact with each other in a totally anonymous manner. Two persons may exchange messages, conduct business, and negotiate electronic contracts without ever knowing the True Name, or legal identity, of the other. Interactions over networks will be untraceable, via extensive re- routing of encrypted packets and tamper-proof boxes which implement cryptographic protocols with nearly perfect assurance against any tampering. Reputations will be of central importance, far more important in dealings than even the credit ratings of today. These developments will alter completely the nature of government regulation, the ability to tax and control economic interactions, the ability to keep information secret, and will even alter the nature of trust and reputation.

The technology for this revolution—and it surely will be both a social and economic revolution—has existed in theory for the past decade. The methods are based upon public-key encryption, zero-knowledge interactive proof systems, and various software protocols for interaction, authentication, and verification. The focus has until now been on academic conferences in Europe and the U.S., conferences monitored closely by the National Security Agency. But only recently have computer networks and personal computers attained sufficient speed to make the ideas practically realizable. And the next ten years will bring enough additional speed to make the ideas economically feasible and essentially unstoppable. High-speed networks, ISDN, tamper-proof boxes, smart cards, satellites, Ku-band transmitters, multi-MIPS personal computers, and encryption chips now under development will be some of the enabling technologies.

The State will of course try to slow or halt the spread of this technology, citing national security concerns, use of the technology by drug dealers and tax evaders, and fears of societal disintegration. Many of these concerns will be valid ; crypto anarchy will allow national secrets to be trade freely and will allow illicit and stolen materials to be traded. An anonymous computerized market will even make possible abhorrent markets for assassinations and extortion. Various criminal and foreign elements will be active users of CryptoNet. But this will not halt the spread of crypto anarchy.

Just as the technology of printing altered and reduced the power of medieval guilds and the social power structure, so too will cryptologic methods fundamentally alter the nature of corporations and of government interference in economic transactions. Combined with emerging information markets, crypto anarchy will create a liquid market for any and all material which can be put into words and pictures. And just as a seemingly minor invention like barbed wire made possible the fencing-off of vast ranches and farms, thus altering forever the concepts of land and property rights in the frontier West, so too will the seemingly minor discovery out of an arcane branch of mathematics come to be the wire clippers which dismantle the barbed wire around intellectual property.

Arise, you have nothing to lose but your barbed wire fences !

— 
..........................................................................
Timothy C. May | Crypto Anarchy : encryption, digital money,
tcmay@netcom.com | anonymous networks, digital pseudonyms, zero
408-688-5409 | knowledge, reputations, information markets,
W.A.S.T.E. : Aptos, CA | black markets, collapse of governments.
Higher Power : 2^756839 | PGP Public Key : by arrangement.

P.-S.

No Copyright © 1988,1989, 1990 et 1992 Timothy C. May.

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter