La Revue des Ressources
Accueil > Création > Poésie > LA MAIN NOIRE

LA MAIN NOIRE 

17 poèmes enchaînés / en regard d’une photographie de Adèle Marchetti

jeudi 1er juin 2017, par Lionel Marchetti

LA MAIN NOIRE

17 poèmes enchaînés
(dont certains fragmentaires)
en regard d’une photographie de ADÈLE MARCHETTI

L’ensemble est rehaussé
de
17 phrases à méditer de Niu t’ou Fa Jong
— maître Chan chinois du septième siècle —
extraites de son Hsing Ming
Le chant du cœur/esprit
(traduction de Daniel Odier)

La main noire
—  — —

1. L’OISEAU CHANTEUR

Les fougères, le trèfle, la ronce
je sais déjà, je vois
la liane
qui m’emportera

S’allier avec le vent (plutôt que fuir)

À partir de minuit je serai dans le monde

Les fougères, le trèfle, la ronce
tout s’endort

Et je m’éveille

Nul doute en moi, nulle haine
cet unique désir, seul : partager ma nuit avec l’oiseau chanteur.

2. UNE PASSE, UNE SENTE

— Confusion — 1

Au sein du fourmillement
pas même une passe, ni une sente — aucun lieu pour laisser la vie

Aveugle, aveuglée… Est-ce cela mourir ?

Il disait :

Lorsque tu es confus, libère-toi. [1]

— Du sens — 2

Instant simple, moment exact

Forme sans contour

Glissement sous le sens qui déjà se dérobe.

— Le poème — 3

Le poème est là — il se déploie
s’échappe, fuit
soufflant du dehors sur la flamme qui parfois s’y accorde

Dans ce tourbillon l’assise sans cesse se déplace
 il manque plusieurs phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………

Quelque chose d’inattendu, c’est un fait, se manifeste

Le poème — le piège ?

Il disait :

En fait il n’y a pas un seul objet à saisir. [2]

— Le feu — 4

Un buisson de ronces prend feu

Au sol, quelques cailloux

La chaleur —

L’été des reptiles (et c’est l’étincelle).

3. DÉPOUILLE

Sans changer de forme je suis resté(e)
toutes ces années
à l’affût

Lorsque les saisons semblèrent sans influence
je décidais de grandir
d’abandonner ma coque et de respirer

Pour la première fois hors de terre
un matin d’automne
je goûtais la rosée

Les brumes, alentours
apportaient au paysage une profondeur où je distinguais des êtres étranges, oblongs
sans racine

Ils venaient s’abreuver dans les marécages
 il manque plusieurs phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………

Pour la première fois hors de terre
la question d’être au monde s’imposa
et je compris, une fois sorti(e), que pour toujours j’avais abandonné l’essentiel

Il disait :

L’éveil a toujours existé,
pas besoin de le préserver.
Les tourments n’ont jamais existé, pas besoin de les éliminer.
 [3]

4. PRODIGE PARLANT

L’impossibilité d’une forme obscure

Une bête, oui, c’est cela
cherche à se nourrir
 il manque plusieurs phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………

……. un râle — ce mot est rayé — (N.d.l.r.)

La peur (manger la peur)

Une matière noire, épaisse, s’écoule
et trouve ici, peu à peu, le chemin de l’érosion

La lumière fléchit.

5. UNE NUIT

Une nuit sans yeux
une nuit
dans les défilés
à croire à l’issue du noir comme à l’espace paisible d’une source

Une nuit sans yeux

Une nuit, sans bruit

Les paroles sont des pierres

Il disait :

Lorsque toute émergence est libre, les choses sont l’éveil même. [4]

6. LES MOTS

Les mots ? — Inutiles
(les mots sont des pierres et forment un collier)

Le mensonge

Un chemin, à l’abandon

La confiance et la patience

Le temps

Le labeur nécessaire est-il vraiment nécessaire ?

Quels sont ceux qui arrivent, sans fioriture, à l’essentiel ?

Et où les rencontrer ?

Il disait :

Passé, présent, futur, il n’y a rien.  [5]

Cette nuit, tout(e) seul(e), à errer

Ce matin les collines du sud sont couvertes de neige.

7. DE L’EAU ET DE L’AIR

La pensée —

De l’eau
et de l’air.

8. ORIGINE DU TEMPS (DANS LA MONTAGNE)

Allongé(e) sur cette pierre
tout, os et chair (le corps en entier)
pour un instant retourne à l’état liquide

L’incandescence pour horizon

Un silence, très grand
sur le visage
 trois phrases sont illisibles ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………

Le torrent est immobile
 il manque deux phrases — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………

La pensée, ici, est bien réelle

Il disait :

Dès l’origine cela échappait au temps et cela n’a pas de futur.  [6]

9. LE CERCLE

J’ai connu quelques instants premiers
(au-delà de la négation, au-delà de l’affirmation)
 il manque trois phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………

Choc sourd d’un arbre qui tombe dans la forêt
 il manque plusieurs phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………
………………………
pourquoi se retourner ?

Abandon de l’harmonie des cercles consonants
pour une vivacité autre
extrême
et
chaotique
 une phrase est illisible ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………

Abstraction rayonnante
expérience exacte

Espace ouvert
 il manque trois phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………

……………………… grain de sable dans les ruisseaux scintillants.

10. LES RONCES

Perte du Nom
 il manque trois phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………

Le jour est contre moi

Rien ne reste
pas même l’idée volatile d’un poème qui me sortirait de l’aigreur

La nature, aperçue entre les ronces, s’élève

Elle déverse une couleur intense et rougeâtre — le chemin de l’atroce maturité

Un fruit fendille sa coque

Les fleurs tombent (le jour est contre moi)

Pourquoi revenir sur mes pas, encore et encore
irrésistiblement attiré(e) par cette implacable force froide ?

Est-ce un rêve ?

J’entend quelque chose dans mon sommeil

Débris de paroles, mots passagers, mots volés

Condensation

Air sec

Un parfum, peut-être
 il manque plusieurs phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………

Le feu — lui seul ne ment pas

Il disait :

L’intuition s’illumine d’elle-même
toutes les vérités ne sont que cela,
il n’y a ni retour ni don,
arrête la contemplation, oublie de retenir.
 [7]

Il disait :

Présent, passé, futur, il n’y rien. [8]

11.
 il manque le poème entier ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
………………………………………………
………………………………………
……………………………………
………………………………

12. UN ŒIL
Les — deux mots sont illisibles et rayés ici - (N.d.l.r.)
……………………………………………

dansent en rond
et se satisfont d’un jardin minuscule
 il manque une phrase ici — (N.d.l.r.)
………………………………………

Il disait :

Lorsque que quelqu’un prétend voir des démons, on peut toujours parler du vide, il les voit ! [9]

13. ABÎME, SOUFFLE & LABYRINTHE

— L’abîme — 1

— diverses phrases sont rayées et illisibles ici — (N.d.l.r.)
…………………………………………………………
……………
et …………………
…………………………………………………
……………………………………………
………………………………………
…………………………………
abandonner
…………………………………………………
…………………
afin que la place, disponible, se remplisse du peu qu’il suffit
……………………………………………………
………………………………………………
…………………………………………

En essayant de dialoguer avec le noir

Une nuée de questions
mal formulées

 ?
 ?
 ?

Ciel bleu, abstrait
au-dessus
(tueur de toute bonne volonté)
diverses phrases sont rayées et illisibles ici — (N.d.l.r.)
……………………………………
………………………………
…………………………

Il disait :

Dès l’origine, il n’y a rien à obtenir.
À quoi bon se détacher du monde ?
 [10]

— Le souffle — 2

À la recherche d’une phrase (une seule phrase peut suffire)

Être entier
à l’instant de la parole

Une couleur — depuis le dehors

Une couleur qui tout à coup se détend
 diverses phrases sont rayées et illisibles ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………………………
…………………………………………………………………
…………………
rivaliser ……………
…………………………………………………………
…………………………………………………
puisqu’ils frayent
………………………………………………………
…………………………………………………
……………………………………………
………………
dans les souterrains

Partir d’ici et courir

Adieu l’abîme !

Il disait :

Lorsqu’il n’y a pas d’objet face à vous, dans ce rien, la totalité des mondes !  [11]

— Le labyrinthe — 3

 diverses phrases sont rayées et illisibles ici — (N.d.l.r.)
……………………………………………………………………
………………………………………………………………
………………………………………………………
…………………………………………………
……………………………………………
………………………………………
…………………………………
……………………………
………………………
…………………
……………
………

.

Il disait :

Allées et venues sans fin, chercher sans trouver,
autant ne rien faire.
Alors, la paix étincelante.
 [12]

14. LES DÉMONS

J’ai deviné la présence du vice (lové sous chaque pierre)
la peur obligée désormais prise au piège
 il manque quelques phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
…………………………………………………
……………………………………………
………………………………………

J’ai malaxé du fer, pendant des années
— il manque quelques phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………………
…………………………………………………………
…………………………………………………
espérant
…………………………………………………………
pour empêcher ……………

Naïf (naïve), j’ai cru pouvoir bâtir une enclave qui m’aurait évité la rencontre

Obsédé(e) par l’ouvrage
croyant détenir les cléfs m’évitant tout face à face
— de nombreuses phrases sont rayées ici — (N.d.l.r.)
…………………………………………………………………
……………………………………………………………
………………………………………………………
……………………
un piège………………………
……………………………………………………………………
…………………………………………………………
la vérité du lieu 
……………………………………………………
………………………………………………
…………………………………………
l’ombre

Et je te découvre, aujourd’hui
partageant ma couche

Et je suis perdu(e).

15. DE L’AIR ET DU FEU

— Vie vivante — 1
— il manque plusieurs phrases ici  — (N.d.l.r.)
……………………………………………………………
………………………………………………………
…………………………………………………
……………………………………
une lumière — ce mot est rayé — (N.d.l.r.)
……………………………………………………
………………………………………………………
…………………………………………………

La pensée — de l’air
et du feu

Il disait :

Tout ce qui est vivant a toujours été présent. [13]

— Pluies — 2

Abondance des faits : la pluie nettoie, s’infiltre
se faufile et suit son chemin naturel — une sente, qui certainement mène nulle part

L’espace, la Terre et l’Océan
et de nouveau l’espace

Pour un tout autre fourmillement

Le grand contact, l’embrasement bleu

Passé ce changement d’état (une constance de la fertilité ?)
un monde de forces grandit
se déplie
jusqu’à rejoindre l’infini

Le chaud, le froid, l’humide
le vent
les nuages tout là-haut

Et cet orage d’éclairs —

S’il se vante, je l’abaisse

Un peu de substance prends corps au sein de tel ou tel être vivant

S’il s’abaisse, je le vante
et le contredis toujours

L’espace — est-ce possible ? — reste le même
la quantité reste la même

Jusqu’à ce qu’il comprenne
qu’il est un monstre incompréhensible
 [14]

Cycle de l’eau — cycle de toutes choses

Il disait :

L’origine est à cet instant même. [15]

— La demeure — 3

J’ai vu il manque quelques phrases ici — (N.d.l.r.)
…………………………………………………………
……………………………………………………………
………………………………………………………

J’ai vu il manque quelques phrases — (N.d.l.r.)
………………………………… l’horizon …………
………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………

J’ai vu il manque quelques phrases ici — (N.d.l.r.)
……………………… la foudre ………………………………
……………………………………………………………
………………………………………………………
…………………………………………………
……………
ainsi qu’une série de nombres

Le triangle : forme inverse ou présence poétique du monde ?

Il disait :

Tu ne choisis pas ta demeure. [16]

— La réalité — 4

Poussière seule (sur l’eau)

Instant blanc, espace vide

Le déroulé du temps

Ici se déposent quelques phrases

À l’origine du monde, certainement, une telle présence minuscule
et tout bascule

Le chaos est vivant, la vie se digère elle-même

Œil conscient — boule de sens (suspendue)

Il disait :

Libre de vagabonder détendu au sein de la réalité,
sans agir et sans atteindre quoi que ce soit,
sans dépendre de rien, tu te manifestes naturellement.
 [17]

16.

Dies

Le jour. [18]

&

17. LA MAIN NOIRE

J’écris sans mot, j’écris sans vie
car dans mes mains
asséchées
le sable a pris place

J’écris pour rien

La nuit m’accueille

Jusqu’à l’aube, j’attends

Dans les jardins je cherche un(e) immortel(le)

J’écris sans lettre et je m’étonne

Ma pensée est noire — mes mains
sont noires
— il manque plusieurs phrases ici — (N.d.l.r.)
………………………………………………………
…………………………………………………
……………………………………………
………………………………………
…………………………………
à la question posée

Il disait :

Le jour éternel bascule dans la nuit,
la nuit éternelle se fond dans la clarté.
 [19]

—  — —
Lionel Marchetti - 2003/2017

P.-S.

Photographie — © Adèle Marchetti - 2016

&

site de Daniel Odier

Notes

[1Niu t’ou (tête de buffle) Fa Jong, in Hsing Ming - Le chant du Cœur / Esprit, in Le grand sommeil des éveillés, Daniel Odier, éd. le Relié Poche - 2015, p. 130

[2Ibid. p. 132

[3Ibid. p. 129

[4Ibid. p. 126

[5Ibid. p. 127

[6Ibid. p. 128

[7Ibid. p. 129

[8Ibid. p. 127

[9Ibid. p. 130

[10Ibid. p. 130

[11Ibid. p. 127

[12Ibid. p. 126

[13Ibid. p. 129

[14Blaise Pascal, in Pensées, fragment 121 - Édition de Michel Le Guern , éd. Folio classique, 2000, p. 111

[15Niu t’ou (tête de buffle) Fa Jong, in Hsing Ming - Le chant du Cœur / Esprit, in Le grand sommeil des éveillés, Daniel Odier, éd. le Relié Poche - 2015, p. 128

[16Ibid. p. 131

[17Ibid. p. 133

[18Cf. Jean-Yves Leloup in Un art de l’attention, éd. Albin Michel, 2013, p. 76

[19Niu t’ou (tête de buffle) Fa Jong, in Hsing Ming - Le chant du Cœur / Esprit, in Le grand sommeil des éveillés, Daniel Odier, éd. le Relié Poche - 2015, p. 131.

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter