La Revue des Ressources
Accueil > Zazieweb : la fin d’un des premiers sites littéraires français.

Zazieweb : la fin d’un des premiers sites littéraires français.

lundi 21 septembre 2009 (Date de rédaction antérieure : 14 août 2017).

C’est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons la fin de Zazieweb. Ce fut l’un des premiers sites littéraires français, né en 1996 par Isabelle Aveline :

Le site ZazieWeb.fr marque ici & maintenant une [pause]
PAUSE [poz] n. f.

Ce message aurait pu vous arriver il y a déjà des semaines, peut-être même des mois, des années. Mais il n’est pas facile d’annoncer l’interruption d’une expérience quasi quotidienne, d’une histoire qui a 13 ans.

Zazieweb, du site personnel au réseau social de lecteurs

Né en juin 1996 sous la forme d’un site personnel, le site a peu à peu évolué s’ouvrant à la contribution des lecteurs et développant différents projets : prix de la petite édition, guide de la petite édition, almanach poétique etc. Dans une logique de projet collaboratif et de service public, soit un outil de médiation au service des lecteurs, des petits éditeurs, des événements, de ceux qui créent et font le livre.

Le site est actuellement animé en bénévole par une seule personne et ouvert à la contribution des lecteurs et des professionnels du livre.

13 ans. 13 ans que Zazieweb existe sur la toile de l’internet culturel francophone.

13 ans à expérimenter et proposer, avec une certaine forme de reconnaissance :

• Web services aux lecteurs (espace personnels, forums, blogs…)

• Guide et prix de la petite édition

• Agenda

• Veille sur l’internet culturel, Annuaire des sites

• Bref…, mise en lien/réseau des individus/des communautés & des contenus

• Expérimentation/confrontation entre la publication, l’édition & la technologie, l’outil, le média internet…

Mais aussi 13 ans avec les moyens du bord : stagiaires, contrat emploi jeune (exit en Juin 2006)… et bénévolat !
Au départ un site personnel (1996), puis des développements sous la forme de web services aux lecteurs (2001), des partenariats, le travail au quotidien qui s’intensifie…
Avant même que tout le monde en parle, du Web 2.0 avant l’heure…
Avant même que tout le monde ne le souhaite/espère, une « médiathèque 2.0… »

A l’heure où certains projets de numérisation & portails indépendants voient le jour à coup de financements français et européens qui se chiffrent en millions d’euros, Zazieweb ne peut plus — je ne le souhaite plus — continuer ainsi…

Actuellement je porte Zazieweb en solo à bout de bras (deux bras…) et n’ai plus les moyens de développements technologiques & de gestion/animation des contenus qui seraient nécessaires pour maintenir la qualité de services et des contenus, aux lecteurs. C’est le minimum…
Pourquoi ne pas continuer en solo ?

Parce que la chasse aux subventions est un modèle épuisant… et vain, au final : 5000 euros par-ci, 2000 euros par-là… Parce qu’il est souvent promis et peu donné…

Parce que la « case numérique culturel » n’existe pas dans les institutions & financeurs et qu’il faut « jongler »… : Non Zazieweb n’est pas une librairie, n’est pas une maison d’édition, n’est pas une bibliothèque, n’est pas un événement littéraire, n’est pas une revue littéraire… hum…, je crois que c’est tout cela à la fois !

Parce que des bouts de ficelles ne suffisent plus… et que l’absence de « vision » globale & pérenne des institutions & des financeurs me désole…
Parce qu’il devient vital de constituer une vraie équipe projet/développement et que je n’en ai pas les moyens.
Parce que j’ai un peu/beaucoup l’impression de servir de « test » aux institutions et pool de recherche qui, dans quelques mois/années, auront les moyens ou la compréhension des enjeux… parce que « assez » de voir des projets institutionnels ou des programme de recherche financés sans qu’il y ait de véritable usage, de public utilisateur…, « assez » d’entendre des assises du Livre conclure sur la perte de vitesse de la chaîne du livre et sur la nécessité d’encourager de nouvelles formes de médiation du livre sans que cela s’accompagne de véritables mesures ou prise de position, « assez » d’entendre toujours les mêmes Cassandres/éléphants alors que la « base » innove au quotidien sur des blogs ou sites persos, alors que les lecteurs et process d’appropriation se déplacent sur d’autres supports (web, podcast, flux rss, mobiles…), parce que décidément il ne semble pas que l’intelligence du média web soit comprise et intégrée dans les politiques culturelles et les instances étatiques et du coup en reste à la puissance des acteurs du privés et souvent, de surcroît, anglo-saxons, et ce alors — paradoxe suprême & vain — qu’il semble de bon ton de le déplorer…

Comme si les temps de décisions, de déplacements, de mutation… n’étaient pas les mêmes alors que les publics, les lecteurs eux « mutent » et s’approprient d’autres espaces… physiques ou virtuels.

Pourquoi s’arrêter ?

Après avoir beaucoup attendu notamment :

• des pouvoirs publics

• des institutions (une reprise a été à l’étude pendant deux ans, mais le projet n’a finalement pas été rendu possible)

• des services culturels

Parce que les moyens et la puissance pour créer un réseau social francophone de lecteurs, sur la base de ZazieWeb, n’ont pas été accordés.
Parce qu’il ne m’appartient pas de continuer à porter à bout de bras et en bénévolat une « communauté de e-lecteurs », avec une technologie chaque jour de plus en plus obsolète, parce que la version actuelle du site date de 2001, et qu’une refonte du site serait nécessaire. Parce que pour des raisons personnelles je souhaite travailler ET être rémunérée (sic).

Parce qu’il semble que les logiques de subvention se concentrent sur les projets de numérisation, les arts numériques, pas sur la médiation… alors qu’il me semble — et depuis longtemps — que c’est l’exercice de la médiation qui seule rendra le livre numérique pertinent, voire même qui créera désormais l’existence « réelle » du livre et du livre numérique.
Laissant la numérisation à d’autres, plus puissants, plus pertinents notamment dans les moteurs de recherche…
Alors que le pouvoir du livre n’est plus forcément le pouvoir des auteurs, des éditeurs, mais le pouvoir des lecteurs, des amateurs, en vrai, le pouvoir rendu à l’activité, l’exercice de la lecture…

Alors qu’il aurait été intéressant depuis longtemps de créer un Ircam du texte…

Comment ne pas s’étonner/se révolter de tout ceci ?

En conséquence aujourd’hui la décision est prise, parce que essentiellement je ne peux plus / souhaite plus animer le site en bénévole…, parce que le modèle économique possible via la publicité est aléatoire et qu’il faudrait de toute manière faire évoluer le site…

Parce que les bons modèles sont les modèles des « pures players » et de surcroit le plus souvent anglo-saxons…

Parce que je souhaite marquer une [Pause]

Zazieweb va donc s’arrêter pour une durée indéterminée.

Quelques chiffres…

1 500 000 pages vues mensuelles

250 000 visiteurs uniques / mois

21 917 membres/lecteurs inscrits (à ce jour)

19 950 inscrits à la newsletter (à ce jour)

1912 petits éditeurs in Guide petite édition

Le public :

Les lecteurs amateurs

Les bibliothécaires

Les libraires indépendants

Les éditeurs

Les prescripteurs du livre

L’a-venir

Le projet ZazieWeb restera à la disposition sous le mode « Veille » & « Archive » de toute instance publique ou privée qui souhaiterait développer sur la base des contenus et du positionnement ZazieWeb un applicatif/une interface francophone de réseau social de lecteurs, avec des moyens. Ce projet je le conçois également comme un projet de R&D.
Il y a bien sûr des équivalents anglo-saxons…

Comme il est hors de question que la parole médiatique de ZazieWeb soit confisquée je mettrai sans doute progressivement en place dans les mois qui viennent un parseur de flux sous Netvibes, c’est le minimum…

Les contributions postées par les lecteurs jusqu’à présent, seront modérées.
Le site sera pour un certain temps encore, accessible aux lecteurs actifs du site, puis archivé.

Les lecteurs désirant laisser un message pourront le faire sur le Forum Vie et mœurs du site.

Je vais aussi m’occuper à mettre en place une version d’archive pérenne, des différentes versions du site de 1996 à 2009 donc.

A la Bibliothèque Nationale de France :

« Les archives de l’Internet sont consultables en bibliothèque de recherche, par tout lecteur muni d’une carte Recherche, qui peut être obtenue auprès du Service d’orientation des lecteurs par toute personne justifiant du besoin de consulter les archives de l’Internet pour des raisons d’études, universitaires, professionnelles ou personnelles. »

Et si un jour je reprends parole sur l’internet — ce sera bien sûr en mon seul nom — ma parole, la parole de l’amateur ! se fera certainement radicalement différente.

Sic transit Gloria WorldWideWeb…
A bon lecteur…

A lire : Tiers livre

Remue.net

TeXtes

Voir en ligne : http://zazieweb.fr/

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter