La Revue des Ressources
Accueil > URGENT / Déclaration associée lancée par Human Rights Watch Égypte

URGENT / Déclaration associée lancée par Human Rights Watch Égypte

mercredi 23 novembre 2011 (Date de rédaction antérieure : 21 août 2017).

[ Pour information : cette traduction est une version rapide pour répondre à l’urgence de la communication ]

Par Ramy Raoof, membre de Human Rights Watch
Compte Twitter @RamyRaoof
Le Caire, Égypte

http://t.co/nLy65FIc

Mises à jour sur la situation en Égypte :
Ce qui se passe

{}

Chers tous,

Je vous écris directement pour vous parler de la situation en ce moment en Égypte, car je ne suis pas sûr de la pertinence des médias. Vendredi dernier, il y avait une énorme manifestation de la place Tahrir appelant à mettre fin à la dictature militaire, réclamant la fin des procès militaires pour les civils (plus de 12.000 civils ont été déférés aux tribunaux militaires) [1] et pour s’opposer aux principes supra-constitutionnels [2] Il y avait un très grand nombre de communautés différentes qui assistaient à la démonstration et la plupart d’entre elles quittèrent la place dans la soirée.

D’autre part, les blessés de la révolution et les familles des martyrs tenaient des sit-in depuis des mois dans différents endroits, y compris place Tahrir, pour demander à l’État de couvrir leurs frais de traitement et leur donner des compensations. Samedi, 19 Novembre, les forces de sécurité ont contraint les blessés à se disperser en utilisant la violence, ce qui a provoqué de nouveau le retour des gens à Tahrir pour les soutenir (comme cela était arrivé les 28 et 29 Juin). Beaucoup ont prétendu que c’étaient les islamistes qui se révoltaient pour conquérir le pouvoir, ce qui est totalement faux. Ce qui se passe en ce moment est que le peuple égyptien s’insurge contre le régime militaire et la brutalité policière.

Les forces de sécurité ont utilisé jusqu’à présent différents types de gaz lacrymogènes [3] de manière excessive, des balles en caoutchouc, des tirs à balles réelles et des munitions à grenaille contre les manifestants, et elles deviennent de plus en plus violentes chaque jour qui passe, ayant déjà causé la mort de de 30 personnes et laissé plus de 1700 de blessés (selon les documents officiels Ministère de la Santé), dont beaucoup ciblés dans les yeux et la partie supérieure de leur corps. Des gens sont arrêtés arbitrairement et violemment, y compris les médecins bénévoles de terrain qui aident les blessés et les journalistes qui couvrent les événements. Les hôpitaux de campagne [4] sont attaqués dans le but de désactiver l’assistance aux blessés par les médecins.

Comme la violence se poursuit aujourd’hui pour le 5ème jour [5] par les forces de sécurité contre des manifestants désarmés, davantage de gens prennent les rues à l’appui de ceux qui sont déjà sur le terrain, dans plus de 5 villes d’Égypte. La seule chose qui nous nuirait le plus serait de dépeindre la situation en la réduisant à un combat pour le pouvoir de groupes religieux/politiques, et l’armée, ou que les gens dans les rues soient des voyous cherchant la destruction du pays pour provoquer le chaos. Nous sommes tous dans les rues pour lutter contre la brutalité policière et le militarisme.

Soutenez-nous en répandant la vérité sur la situation et corrigez la désinformation répandue depuis que Moubarak est sorti.

Vidéos :
http://youtu.be/zJ7FHUtxePw - http://youtu.be/54-1qNeef0E
- http://youtu.be/O94sWWDc8Ig.

Images :
http://goo.gl/OkNPL - http://goo.gl/qpA6A
- http://goo.gl/Qxm2H - http://goo.gl/wK4Ia
- http://goo.gl/EhjrA - http://goo.gl/edRSw - http://goo.gl/Nw3Iu

Déclarations des groupes de défense
des droits de l’homme de la femme et de l’enfant

{}

- - Déclaration conjointe par les groupes égyptiens :
http://goo.gl/UzEqC
[Fr] - Traduction approximative (Google Translate).

- - Human Rights Watch :
http://goo.gl/zq5nR
[Fr] - Traduction approximative (Google translate).

Ce que nous demandons est la responsabilisation.

Merci

Notes

[1Les dossiers des détenus politiques sont chargés par des faux témoignages à la requête de la police ou de l’armée.

[2Il s’agit de la réforme actuellement menée par les militaires qui préparent eux-mêmes la nouvelle constitution, sans attendre le nouveau gouvernement civil provisoire. En l’état d’une double constitution, c’est-à-dire la création de droits supra-constitutionnels que l’armée se donne de façon durable et quel que soit le gouvernement élu, pour le chapeauter.

[3Parmi les gaz lacrymogènes utilisés on découvre des gaz avec des neurotoxiques, neurotoxiques provoquant des troubles immédiats, mais de plus cancérigènes, qui expliquent les convulsions de certains ou la mort par asphyxie d’autres.

[4Il s’agit des hôpitaux provisoires installés sur le terrain.

[5NdLaRdR : ce jour, le 23 novembre 2011.

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter