La Revue des Ressources
Accueil > Rencontre autour du théâtre-récit le dimanche 8 février 2009 à Paris, dans le (...)

Rencontre autour du théâtre-récit le dimanche 8 février 2009 à Paris, dans le cadre de La FETE DU LIVRE ET DES CULTURES ITALIENNES.

2009 (Date de rédaction antérieure : 20 août 2017).

Dans le cadre de « La Fête du Livre et des cultures italiennes » organisée par Leggere per, La Maison Antoine Vitez vous invite à une rencontre autour du théâtre-récit en présence de Mario Perrotta (auteur-acteur), Hervé Guerrisi (acteur-traducteur). Le débat, présenté par Olivier Favier, coordinateur du comité italien de la maison Antoine Vitez, sera suivi de la projection de Parole Sante (2007-70 minutes), un documentaire d’Ascanio Celestini, et de 70voltesud (2007-27 minutes), d’après le spectacle de Massimo Barilla et Salvatore Arena.

Vers la fin des années 1980, une forme théâtrale nouvelle fait son apparition en Italie. Inspirée par Dario Fo et les expériences du théâtre épique, elle se montre aussi soucieuse de redonner vie à la dimension tragique et cathartique de la scène. Le théâtre de narration, ou théâtre-récit, se caractérise par la présence d’un acteur-auteur qui vient raconter une histoire, presque toujours à forte dimension civique, dans une très grande économie de moyens. La toile de fond et les vêtements sont sombres et neutres, les accessoires réduits à l’essentiel, une simple chaise parfois. Le jeu s’appuie tout entier sur la parole, qui ne peut guère s’accorder de faiblesses.
Les années 1990 voient la création de spectacles majeurs et véritablement populaires : lors de sa transmission à la télévision, en 1997, le Récit du Vajont est regardé par trois millions et demi de téléspectateurs.
Durant les années 2000, avec le durcissement de la crise politique, économique et sociale de la péninsule, une nouvelle génération s’impose.

Avec Italiani cincali, Mario Perrotta (né en 1970) a raconté l’histoire des ouvriers des Pouilles partis travailler dans les mines en Belgique, dans une période où l’on tend à oublier que l’Italie fut, il y a moins d’un siècle, le premier pays d’émigration du monde. Son récit vient d’être traduit par un jeune acteur belge, Hervé Guerrisi.

Ascanio Celestini (né en 1972), dont deux textes sont déjà traduits et publiés en français, est monté en Bruxelles depuis plusieurs années et fera l’objet cette année d’une création en France. Son œuvre théâtrale se double d’une réflexion civique dont témoigne un documentaire de 2007, Parole sante, sur les précaires d’un callcenter dans les locaux de l’ex Cinecittà.

Dans leur spectacle 70voltesud, Massimo Barilla et Salvatore Arena racontent le destin tragique d’un groupe de jeunes anarchistes, dans la violence des troubles à Reggio de Calabre, en 1970.

Dimanche 8 février 2008 à 18h30

Espace des blancs-manteaux
48, rue Vieille du Temple 75 004 Paris
Métro Rambuteau (ligne 11) ou Saint-Paul (ligne 1)

entrée libre

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter