La Revue des Ressources
Accueil > PROMENADE LITTÉRAIRE DANS L’ITALIE DU DIX-NEUVIÉME SIÈCLE le 18 juin à 19 (...)

PROMENADE LITTÉRAIRE DANS L’ITALIE DU DIX-NEUVIÉME SIÈCLE le 18 juin à 19 heures.

jeudi 18 juin 2009 (Date de rédaction antérieure : 20 octobre 2017).

À l’occasion de trois nouvelles parutions aux éditions du Sonneur et aux éditions Alidades.

Librairie Le Merle moqueur
51 rue de Bagnolet 75020 Paris
Tél. 01 40 09 08 80
Métro ligne 2 Alexandre Dumas
Jeudi 18 juin à 19 heures

Aux yeux de beaucoup de Français, il semble qu’il y ait un vide entre l’Italie de la Renaissance et celle de l’après-guerre, que cinéma et design ont exportée dans le monde entier. Le dix-neuvième siècle surtout y fait figure de siècle pâle, avant tout replié sur une histoire nationale bien difficile à déchiffrer de l’extérieur.

Pourtant, vous l’aurez compris, c’est une tout autre réalité que nous vous invitons à découvrir. En 2007, paraissait le premier titre italien des éditions du Sonneur, Idées fixes, trop fixes, qui rassemblaient les nouvelles complètes d’Arrigo Boito, connu des amateurs d’opéra comme le plus grand librettiste de Verdi. Deux autres titres l’ont rejoint cette année, à commencer par la réédition de Fosca d’Igino Ugo Tarchetti, autre phare de la Scapigliatura, bohème milanaise héritière de Baudelaire, Hoffmann et Edgar Poe, annonciatrice tourmentée des avant-gardes européennes. La tentation de la bicyclette, étonnante fantaisie sur la petite reine du reporter Edmondo de Amicis, a inauguré quant à elle, avec deux autres textes anglophones, la « Petite Collection ».

Enfin, nous associerons à cette présentation un texte inédit de l’écrivaine anglaise Vernon Lee, grande amoureuse de la péninsule, publié en juin aux éditions Alidades. Ravenne et ses Fantômes est un saisissant portrait d’une belle oubliée, partagée entre un passé prestigieux et volontiers mélancolique, celui de la civilisation byzantine, et la modernité d’une époque qui en asséchant les marais alentours, la fait sortir d’un millénaire brumeux. Ce texte récemment traduit en italien et salué comme un chef d’œuvre par les connaisseurs de la ville nous offre en conclusion une reprise « gothique », délicieusement fin de siècle, d’une nouvelle de Boccace, laquelle avait déjà fasciné Botticelli, John Dryden et Lord Byron.

La soirée, coordonnée par Olivier Favier, traducteur et conseiller pour la littérature italienne des Editions du Sonneur, sera ponctuée de lectures qui, nous l’espérons, seront un avant-goût d’autres voyages en Italie.

Arrigo Boito, Idées fixes, trop fixes, Le Sonneur, Paris, 2007. Traduction de Jacques Parsi et Olivier Favier. Postface d’Olivier Favier.
Igino Ugo Tarchetti, Fosca, Le Sonneur, 2009. Traduction de Bernard Guyader, précédemment parue sous le titre du film d’Ettore Scola, Passion d’amour. Postface d’Olivier Favier.
Edmondo de Amicis, La Tentation de la bicyclette, Le Sonneur, « La petite collection », Paris, 2009. Traduction et préface d’Olivier favier.
Vernon Lee, Ravenne et ses Fantômes, Alidades, Evian, 2009. Traduction et postface d’Olivier Favier.

Voir en ligne : Le merle moqueur

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter