La Revue des Ressources
Accueil > La maladie de la famille M., de Fausto Paravidino, au théâtre du Vieux (...)

La maladie de la famille M., de Fausto Paravidino, au théâtre du Vieux Colombier à Paris, du 19 janvier au 20 février 2011.

mercredi 19 janvier 2011 (Date de rédaction antérieure : 20 octobre 2017).

C’est l’histoire d’un médecin mutualiste spécialisé dans les maladies tropicales. Ou plutôt c’est l’histoire d’un médecin de campagne confronté au problème d’une famille italienne en crise de cohabitation aigüe, doublée d’une singulière névrose collective, le tout dans un village quelconque, à une époque indéterminée. Ou encore c’est l’histoire d’une famille qui n’a pas de nom de famille, sinon une simple initiale, M comme la mère morte quelques années auparavant, ou M comme la mort en général qui semble hanter la pièce avant d’élire, dans la dernière scène, son plus jeune personnage. À cette manière de faire un joli nœud au drame -bien sûr vous haïssez l’auteur qui jusque là vous faisait rire- on repense aux scénarios de Luigi Comencini ou d’Ettore Scola.

Drame ai-je dit ? Sans doute, mais pas seulement. Bien sûr, d’aucuns verront un Lagarce, un Tchékhov italien -pour le second la référence est explicite-, où le silence, évidemment, serait à l’italienne -au-delà du cri et de la démesure, juste au-delà, parfaitement silencieux pour les non-spécialistes. Mais pour le reste, on ne quitte jamais vraiment la comédie, une comédie qui ne fait pas la moue devant quelques traits vaudevillesques. Avouons-le, dans le genre, on n’avait rien entendu d’aussi jubilatoire depuis De Filippo. Tout y est, le trio amoureux, le vieillard qui consacre ses dernières années à rendre impossible la vie de sa descendance, sa fille célibataire et frustrée secrètement amoureuse du médecin. Pauvre médecin qu’on aurait presque oublié en route et qui finira par s’envoler pour l’Afrique, où il pourra exercer sa spécialité de toujours, sur des gens qu’il faut vraiment soigner.

J’ajoute une mise en scène des plus réussies de l’auteur, assistée de son impeccable traductrice Caroline Michel -si impeccable que, justement, on oublierait d’y penser.

Olivier Favier

La Maladie de la famille M.
de Fausto Paravidino

Traduit de l’italien par Caroline Michel
Mise en scène de Fausto Paravidino
Avec
Christian Blanc, Luigi
Pierre Louis-Calixte, le Médecin
Marie-Sophie Ferdane, Marta
Benjamin Jungers, Gianni
Suliane Brahim, Maria
Nâzim Boudjenah, Fulvio
Félicien Juttner, Fabrizio
et
Denis Chouillet, pianiste (en alternance)
Vincent Leterme, pianiste (en alternance)
Décor, Laura Benzi
Costumes, Anne Autran
Lumières, Pascal Noël
Musique originale, Denis Chouillet
Assistante à la mise en scène, Caroline Michel
Assistante aux costumes, Nadège Bourmaud
Pour la première fois à la Comédie-Française
Représentations au Théâtre du Vieux-Colombier :
mardi à 19h, du mercredi au samedi à 20h, dimanche à 16h, relâche lundi
Prix des places : de 8 € à 29 €
Renseignements et réservation : au guichet du théâtre du lundi au dimanche de 11h à 18h, par téléphone au 01 44 39 87 00/01

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter