La Revue des Ressources
Accueil > Kenneth Koch

Kenneth Koch

dimanche 3 novembre 2002 (Date de rédaction antérieure : 24 novembre 2017).

Changements d’adresse, de Kenneth Koch.
Traduit de l´anglais (Etats-Unis) par Auxeméry
Belin, collection L´extrême contemporain.

Présentation de l´éditeur :

Sous la forme d´adresses, d´apostrophes qui sont autant de poèmes – « A l´inadvertance », « À la vie », « Aux bonnes blagues », « Aux orgasmes », A la langue française », « Aux insultes », etc. – parfois parodiques ou burlesques, Kenneth Koch se livre à l´entreprise la plus sérieuse et la plus difficile qui soit : se regarder tel qu´il a vécu, s´adresser à lui-même. Chez ce poète qui disait haïr l´obscurité, la langue fait état de toutes les vibrations particulières dont l´homme a été le lieu.

Kenneth Koch est né en 1925 à Cincinatti. Il est mort le 5 juillet dernier, tandis que la traduction française de son recueil était sous presse. Très tôt, il a choisi de vivre à New York où il a connu John Ashbery et Frank O´Harra, avec qui il fera partie de ce qu´on appelle « l´école new-yorkaise ». Il connaissait admirablement la culture française et l´Italie, où il vécut pendant un temps. Kenneth Koch a obtenu plusieurs prix aux Etats-Unis pour sa poésie. Il était aussi auteur de théâtre. Ses pièces et son opéra ont été joués à New York, à Florence, à Gênes et à Rome.

Jusqu´à la traduction de ce recueil, on ne connaissait en français que quelques extraits de l´œuvre de Kenneth Koch, traduits par Michel Deguy dans Vingt poètes américains (Gallimard)

Voir en ligne : Kenneth Koch

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter