La Revue des Ressources
Accueil > Hommage au Centre André Malraux de Sarajevo (Paris)

Hommage au Centre André Malraux de Sarajevo (Paris)

dimanche 27 novembre 2005 (Date de rédaction antérieure : 25 septembre 2017).

Au Centre Pompidou :
Le Centre André Malraux de Sarajevo
Une diplomatie d’exception

Conférences - débats - rencontres

le 27 novembre 2005
15h00 - 22h00

Grande salle, entrée libre

Hommage au Centre André Malraux de Sarajevo

Le Centre Pompidou organise le 27 novembre 2005 une journée d’hommage au
Centre André Malraux de Sarajevo et à travers celui-ci, à la capitale
bosniaque.

Il s’agit de restituer la signification de la fondation du Centre ; il
s’agit aussi d’apporter un appui à une institution exemplaire qui,
inlassablement, mène le combat contre les replis sectaires ou
communautaires et tisse des liens dont se nourrit la vie de l’esprit.
Enfin, en ces temps d’incertitudes, il s’agit de rappeler quelques
arguments sur la responsabilité et l’utilité des intellectuels, la mission
de la France, le rôle et la figure de l’Europe.

Une des plaies de notre époque est certainement l’incapacité de
s’approprier le passé (même proche) et de se projeter dans l’avenir.
Aussi,
n’est-il pas inutile de rappeler dans quel contexte le Centre André
Malraux
voit le jour dans les années 1994-1995 alors même
que se poursuivent le siège et les bombardements de Sarajevo par les
armées
serbes. D’abord partagée entre l’indifférence et l’incompréhension,
l’Europe, longtemps résignée, assiste au déchaînement du conflit dans
l’ex-Yougoslavie. La guerre de purification ethnique menée au nom de
l’instauration de la Grande Serbie se nourrit d’éradication culturelle, de
viols massifs et organisés, d’exodes et de tueries qui culminent avec les
massacres de Srebrenica (juillet 1995) au cours desquels plus de huit
mille
musulmans bosniaques sont assassinés par les milices serbes sous l’oeil
des
forces armées internationales.

La tragédie qui se déroule alors, éclaire le sens de cet acte de
résistance
et aussi de cette aventure qu’est la fondation du Centre André Malraux ;
action modeste et démesurée, à l’image de son fondateur, Francis Bueb, qui
a su fédérer autour de son projet les amitiés et les
engagements en tous points les plus divers. Plus que jamais, le destin de
cette institution singulière, précieuse et fragile, ouvre de nombreuses
pistes à la réflexion : le renouveau et le renouvellement de l’engagement
intellectuel ; la force et l’audience d’un projet culturel susceptible de
suppléer en partie, et pour un moment, au renoncement du politique mais
surtout de frayer la voie à son ressaisissement ; le besoin, le manque et
le désir d’Europe.

Avec la participation de Agnès b., Alain Bergala, Enki Bilal, Jane Birkin,
Claude Bleton, Christian Bourgois, Francis Bueb, Léos Carax, François
Chaslin, Patrick Chauvel, Velibor Colic, Pierre Coureux, Jean-Claude
Coutausse, François Crémieux, Emmanuel Darley, Luc Delahaye, Erri De Luca,
Patrick Deville, Jovan Divjak, Srdjan Dizdarevic, Zlatko Dizdarevic,
Claude
Duneton, Nicole Du Roy, Jacques Ferrandez, Jean-Michel Frodon, Ziba
Galijasevic, Paul Garde, Jean-Luc Godard, Henri Godard, Juan Goytisolo,
Jean Hatzfeld, Nikola Kovac, Milomir Kovacevic, Jean-Marie Laclavetine,
Denis Lavant, Bernard-Henri Lévy, Florence Malraux, Massin, Predrag
Matvejevic, Abdel Wahab Meddeb, Jeanne Moreau, Edgar Morin, Véronique
Nahoum-Grappe, Eric Naulleau, Denis Olivennes, Dominique Païni,
Claude-Eric
Poiroux, Nenad Popovic, Bruno Racine, Bernard Reumaux, Mireille Robin,
Thierry Titi Robin, Jean Rolin, Olivier Rolin, Daniel Rondeau, Gérard
Rondeau, Elias Sanbar, Peter Schneider, Aline Schulman, Emir Sehic dit
Miro, Maren Sell, Jorge Semprun, Klavdij Sluban, Alain Souchon, Nicole
Stéphane, Danis Tanovic, Laurent Van der Stock, et Martina Wachendorff.

Ouverture par Bruno Racine, président du Centre Pompidou

En partenariat avec la FNAC

Avec le soutien de France Culture

Le Centre André Malraux tient à remercier le Ministère des Affaires
étrangères, le Ministère de la Culture, Agnès B et le CCFD (Comité
catholique contre la faim et pour le développement)

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter