La Revue des Ressources
Accueil > Hommage à la culture tchétchène les 12 et 13 juillet 2003 (Paris, La (...)

Hommage à la culture tchétchène les 12 et 13 juillet 2003 (Paris, La Villette)

samedi 12 juillet 2003 (Date de rédaction antérieure : 19 août 2017).

Paris - Grozny - Grande Halle de la Villette

Face au silence assourdissant des Etats-Unis et de l’Union Européenne et à l’indifférence des médias occidentaux quant aux souffrances du peuple tchétchène, l’association Marcho Doryila se bat pour donner une scène à la culture tchétchène.

Parrainée par Jane Birkin, elle organise ainsi une série de manifestations les 12 et 13 juillet 2003 à la Grande Halle de la Villette. Au programme de ces deux jours : exposition, cinéma, spectacles, buffet, bal, lectures de textes et, en invitée d’honneur, Daymokh, la troupe d’enfants danseurs de Grozny.

Marcho Doryila signifie littéralement « Que la liberté entre avec vous ». Cette association composée essentiellement de gens de culture - dessinateurs, comédiens, musiciens, danseurs, metteurs en scène, chorégraphes, réalisateurs, écrivains - a pour ambition de « favoriser les échanges culturels et universitaires avec la Tchétchénie, de soutenir la reconstruction d’un système d’éducation tchétchène et d’encourager la diffusion artistique et culturelle du peuple tchétchène ».

Elle soutient notamment la troupe des enfants danseurs de Grozny, Daymokh. Formée au début 99 - soit quelques mois avant le début de la guerre - par le danseur et chorégraphe Ramzan Akhmadov, la troupe se compose de trente-trois garçons et filles âgées de sept à dix-sept ans et de quatre musiciens. Les chroniqueurs européens les ont surnommés « les danseurs des ruines » parce ces enfants vivent toujours au milieu des décombres de la capitale tchétchène.
Marcho Doryila avait déjà invité la troupe en 2002 pour une tournée en France, en Allemagne et en Belgique. Le spectacle précédent a ainsi connu un joli succès à Berlin, Düsseldorf, Strasbourg, Rennes, Liège, Montpellier, Lyon, ainsi qu’à Paris sur la scène du Théâtre du Soleil dans le cadre de « Tchétchénie l’Hiver au Soleil », quinzaine pour la culture tchétchène.

L’exposition Trois Temps Tchétchènes - L’empreinte, L’acharnement, Le pont - montée à cette occasion sera à nouveau présentée. L’empreinte comporte vingt relevés originaux de pétroglyphes (dessins gravés dans la pierre sur de très anciennes tours de défense) reproduits par l’archéologue tchétchène Ruslan Arsanoukaev qui sera présent, vingt photos de relevés de pétroglyphes et de sites archéologiques tchétchènes (tours de défense, complexes architectoniques) et deux cartes de localisation des sites ; L’acharnement trente photos de grands reporters - Bruno Stevens, Ahmet Sel, Khemelianin, Morkovkin, Pageard, Mashatin - couvrant les deux guerres (94-96 ; 99-…) et Grozny « avant et après » ; et Le pont dix photos d’actions de solidarité en Europe.
« La musique pour couvrir le bruit des bombes… »

Et pour finir ces deux jours en beauté, rien de tel qu’un concert… Musiciens, chanteurs, et techniciens interprètent en plusieurs langues des morceaux du répertoire tchétchène. Ce concert - avec entre autres, Flor del Fango, Jane Birkin, Pepitas, Balthazar, Irinola... et des invités surprise - donnera lieu à l’enregistrement public d’un deuxième CD pour Grozny (après le premier Paris Grozny le concert) qui, tiré à mille exemplaires, sera ensuite envoyé à Grozny, mais aussi dans le reste de la Tchétchénie et dans les petites républiques alentour, là où se sont réfugiés des dizaines de milliers de tchétchènes.

Mais bien d’autres manifestations vous sont proposées durant ces deux jours : deux bals - histoire d’apprendre quelques pas tchétchènes -, des goûters servis par des réfugiées, des lectures de textes par des comédiens français et du cinéma avec la projection de Grozny le 51, qui montre la vie d’un immeuble à Grozny pendant un an, Prisme, reportages sur la guerre en Tchétchénie, Danse avec les ruines, le film de Daymokh de Mylène Sauloy qui raconte l’histoire de la troupe, l’incroyable odyssée des enfants danseurs, de Grozny à Paris.

A noter : Marcho Doryila sera également présent lors du Festival d’Avignon du 17 au 21 juillet.

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter