La Revue des Ressources
Accueil > Günter Grass

Günter Grass

vendredi 15 novembre 2002 (Date de rédaction antérieure : 9 décembre 2017).

Günter Grass mène l’enquête sur un naufrage occulté.
C’est par la bande, « en crabe », que l’écrivain évoque un drame poignant de la dernière guerre : les milliers de morts civils du navire « Wilhelm Gustloff » coulé par les Soviétiques.
Wilfred Schiltknecht, Samedi 5 octobre 2002

Paru au début de cette année, le nouveau roman de Günter Grass, Im Krebsgang (Steidl), est maintenant traduit sous le titre En Crabe. Un livre qu’on s’est arraché en Allemagne, car il aborde un sujet resté pour la plupart un tabou : les souffrances infligées aux Allemands pendant la dernière guerre. En un peu plus de 200 pages d’une facture inattendue et subrepticement ludiques, cette « nouvelle » évoque dans le détail un des drames les plus poignants vécus par une population allemande, et trouve un très large écho médiatique (lire LT des 8 février, 7 mars et 9 mars 2002).
D’autant plus qu’en se tournant vers l’Histoire, Grass met en cause certains faits, sans renoncer aux attraits de la fiction. Avec humour, il se situe dans la continuité de son œuvre. Revient ainsi dans la nouvelle, sous les traits d’une grand-mère en rien assagie, l’indomptable Ulla Pokriefke, que l’on croyait, après La Ratte (1986), disparue dans le naufrage du Wilhelm Gustloff. Et c’est son fils Paul qui, promu au rang de narrateur, est chargé dans En Crabe de rappeler le sort de ce navire, coulé par un sous-marin soviétique au large de Dantzig le soir du 30 janvier 1945. Avec à son bord, outre des unités de la marine de guerre et des blessés ramenés du front, quelque 9000 réfugiés de Prusse orientale et près de 4000 enfants.

Voir en ligne : En crabe

© la revue des ressources : Sauf mention particulière | SPIP | Contact | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0 | La Revue des Ressources sur facebook & twitter